Lai du Fresne

Par Marie de France

     

III. Lai du Fresne

 
Accès traduction en prose
 
  Page 1
 
 
 


Le lai del Freisne vus dirai
Sulunc le cunte que jeo sai.
En Bretaine jadis maneient
Dui chevaler, veisin esteient;
Riche humme furent e manant
E chevalers pruz e vaillant.
Prochein furent, de une cuntree;
Chescun femme aveit espusee.
L'une des dames enceinta;
Al terme que ele delivra,
A cele feiz ot deus enfanz.
Sis sires est liez e joianz;
Pur la joie quë il en a
A sun bon veisin le manda
Que sa femme ad deus fiz eüz,
De tanz enfanz esteit creüz;
L'un li tramettra a lever,
De sun nun le face nomer.
Li riches hum sist al manger;
Atant es vus le messager!
Devant le deis se agenoila,
Tut sun message li cunta.
Li sire en ad Deu mercïé;
Un bel cheval li ad doné.
La femme al chevaler surist--
Ki juste lui al manger sist--
Kar ele ert feinte e orguilluse
E mesdisante e envïuse.
Ele parlat mut folement
E dist, oant tute sa gent:
«Si m'aït Deus, jo m'esmerveil
U cest produm prist cest conseil
Que il ad mandé a mun seignur
Sa huntë e sa deshonur,
Due sa femme ad eü deus fiz.
E il e ele en sunt huniz.
Nus savum bien qu'il i afiert:
Unques ne fu ne ja nen iert
Ne n'avendrat cel'aventure
Que a une sule porteüre
Quë une femme deus fiz eit,
Si deus hummes ne li unt feit.»
Si sires l'a mut esgardee,
Mut durement l'en ad blamee.
«Dame,» fet il, «lessez ester!
Ne devez mie issi parler!
 


Verité est que ceste dame
Ad mut esté de bone fame.»
La gent quë en la meisun erent
Cele parole recorderent.
Asez fu dite e coneüe,
Par tute Bretaine seüe:
Mut en fu la dame haïe,
Pois en dut estre maubailie;
Tutes les femmes ki l'oïrent,
Povres e riches, l'en haïrent.
Cil que le message ot porté
A sun seignur ad tut cunté.
Quant il l'oï dire e retraire,
Dolent en fu, ne sot quei faire;
La prode femmë en haï
E durement la mescreï,
E mut la teneit en destreit
Sanz ceo que ele nel deserveit.
La dame que si mesparla
En l'an meïsmes enceinta,
De deus enfanz est enceintie;
Ore est sa veisine vengie.
Desque a sun terme les porta;
Deus filles ot; mut li pesa,
Mut durement en est dolente;
A sei meïsmes se desmente.
«Lasse!» fet ele, «quei ferai?
Jamés pris në honur n'avrai!
Hunie sui, c'est veritez.
Mis sire e tut si parentez,
Certes, jamés ne me crerrunt,
Desque ceste aventure orrunt;
Kar jeo meïsmes me jugai:
De tutes femmes mesparlai.
Dunc [ne] dis jeo quë unc ne fu
Ne nus ne l'avïum veü
Que femme deus enfanz eüst,
Si deus humes ne coneüst?
Or en ai deus, ceo m'est avis,
Sur mei en est turné le pis.
Ki sur autrui mesdit e ment
Ne seit mie qu'a l'oil li pent;
De tel hum[me] peot l'um parler
Que meuz de lui fet a loër.
Pur mei defendre de hunir,
Un des enfanz m'estuet murdrir:
 

 
     
  Page 2
 
 
 


Meuz le voil vers Deu amender
Que mei hunir e vergunder.»
Ce[le]s quë en la chambre esteient
La cunfort[ou]ent e diseient
Que eles nel suff[e]reient pas
De hummë ocire n'est pas gas.
La dame aveit une meschine,
Que mut esteit de franche orine;
Lung tens l'ot gardee e nurie
E mut amee e mut cherie.
Cele oï sa dame plurer,
Durement pleindre e doluser;
Anguissusement li pesa.
Ele vient, si la cunforta.
«Dame,» fet ele, «ne vaut rien.
Lessez cest dol, si ferez bien!
L'un des enfanz me baillez ça!
Jeo vus en deliverai ja,
Si que hunie ne serez
Ne ke jamés ne la verrez:
A un mustier la geterai,
Tut sein e sauf le porterai;
Aucun produm la trovera;
Si Deu plest, nurir la f[e]ra.»
La dame oï quei cele dist;
Grant joie en out, si li promist
Si cel service li feseit,
Bon guer[e]dun de li avreit.
En un chief di mut bon chesil
Envolupent l'enfant gentil
E desus un paile roé--
Ses sires l'i ot aporté
De Costentinoble, u il fu;
Unques si bon n'orent veü.
A une pice de sun laz
Un gros anel li lie al braz.
De fin or i aveit un'unce;
El chestun out une jagunce;
La verge entur esteit lettree;
La u la meschine ert trovee,
Bien sachent tuit vereiement
Que ele est nee de bone gent.
La dameisele prist l'enfant,
De la chambre s'en ist atant.
La nuit, quant tut fu aseri,

 


Fors de la vile s'en eissi;
En un grant chemin est entré,
Ki en la forest l'ad mené.
Par mi le bois sa veie tint,
Od tut l'enfant utrë en vint;
Unques del grant chemin ne eissi.
Bien loinz sur destre aveit oï
Chiens abaier e coks chanter:
Iloc purrat vile trover.
Cele part vet a grant espleit
U la noise des chiens oieit.
En une vile riche e bele
Est entree la dameisele.
En la vile out une abeïe,
Durement richë e garnie;
Mun escïent noniens i ot
E abbeessee kis guardot.
La meschine vit le muster,
Les turs, les murs e le clocher:
Hastivement est la venue,
Devant l'us est areste[ü]e.
L'enfant mist just que ele aporta,
Mut humblement se agenuila.
Ele comence s'oreisun.
«Deus,» fait ele, «par tun seint nun,
Sire, si te vient a pleisir,
Cest enfant garde de perir.»
Quant la prïerë out finee,
Ariere [sei] se est regardee.
Un freisne vit lé e branchu
E mut espés e bien ramu;
En quatre fors esteit quarré;
Pur umbre fere i fu planté.
Entre ses braz ad pris l'enfant,
De si que al freisne vient corant;
Desus le mist, puis le lessa;
A Deu le veir le comanda.
La dameisele ariere vait,
Sa dame cunte qu'ele ad fait.
En l'abbeïe ot un porter,
Ovrir suleit l'us del muster
Defors par unt la gent veneient
Que le servise oi&r voleient.
Icel[e] nuit par tens leva,
Chandeille e lampes aluma,
 

 
     
  Page 3
 
 
 


Les seins sona e l'us ovri.
Sur le freisne les dras choisi;
Quidat ke aukun les eu&st pris
En larecin e ileoc mis;
D'autre chose n'ot il regard.
Plus tost qu'il pot vint cele part,
Taste, si ad l'enfant trové.
Il en ad Deu mut mercïé,
E puis l'ad pris, si ne l'i lait;
A sun ostel ariere vait.
Une fille ot que vedve esteit;
Si sire ert mort, enfant aveit
Petit en berz e aleitant.
Li produm l'apelat avant.
«Fille,» fet il, «levez, levez!
Fu e chaundelë alumez!
Un enfaunt ai ci aporte?,
La fors el freisne l'ai trové.
De vostre leit le [m']alaitez,
Eschaufez lë e sil baignez!»
Cele ad fet sun comandement:
Le feu alum'e l'enfant prent,
Eschaufé l'ad e bien baigné;
Pus l'ad de sun leit aleité.
Entur sun braz treve l'anel;
Le paile virent riche e bel.
Bien surent cil tut a scïent
Que ele est nee de haute gent.
El demain aprés le servise,
Quant l'abbeesse eist de l'eglise,
Li portiers vet a li parler;
L'aventure li veut cunter
De l'enfant cum il le trovat.
L'abbeesse le comaundat
Que devaunt li seit aporté
Tut issi cum il fu trové.
A sa meisun vet li portiers,
L'enfant aporte volenters,
Si l'ad a la dame mustré.
E el l'ad forment esgardé
E dit que nurir le fera
E pur sa niece la tendra.
Al porter ad bien defendu
Que il ne die cument il fu.
Ele meïsmes l'ad levee.
 


Pur ceo que al freisne fu trovee,
Le Freisne li mistrent a nun,
E le Freisne l'apelet hum.
La dame la tient pur sa niece.
Issi fu celee grant piece:
Dedenz le clos de l'abbeïe
Fu la dameisele nurié
Quant [ele] vient en tel eé
Que nature furme beuté,
En Bretaine ne fu si bele
Ne tant curteise dameisele:
Franche esteit e de nbone escole
[e] En semblant e en parole;
Nul ne la vist que ne l'amast
E a merveille la preisast.
A Dol aveit un bon seignur;
Unc puis në einz n'i ot meillur.
Ici vus numerai sun nun:
El pai?s l'apelent Gurun.
De la pucele oï parler;
Si la cumença a amer.
A un turneiement ala;
Par l'abbeïe returna,
La dameisele ad demandee;
L'abeesse li ad mustree.
Mut la vit bele e enseignee,
Sage, curteise e afeitee.
Si il n[en] ad l'amur de li,
Mut se tendrat a maubeilli.
Esguarez est, ne seit coment;
Kar si il repeirout sovent,
L'abeesse se aparcevreit,

Jamés des oilz ne la vereit.
De une chose se purpensa:
L'abeïe crestre vodra;
De sa tere tant i dura
Dunt a tuz jurs l'amendera;
Kar il [i] vout aveir retur
E le repaire e le sejur.
Pur aver lur fraternité
La ad grantment del soen doné;
Mes il ad autrë acheisun
Que de receivre le pardun.

Soventefeiz i repeira,
A la dameisele parla;
 

 
     
  Page 4
 
 
 


Tant li pria, tant li premist
Que ele otria ceo kë il quist.
Quant a seür fu de s'amur,
Si la mist a reisun un jur.
«Bele,» fet il, «ore est issi
Ke de mei avez fet ami.
Venez vus ent del tut od mei!
Saver poëz, jol qui e crei,
Si vostre aunte s'aparceveit,
Mut durement li pesereit,
S'entur li feussez enceintiee;
Durement sereit curuciee.
Si mun cunseil crere volez,
Ensemble od mei vus en vendrez.
Certes, jamés ne vus faudrai,
Richement vus cunseillerai.»
Cele que durement l'amot
Bien otriat ceo que li plot:
Ensemble od lui en est alee;
A sun chastel l'en ad menee.
Sun paile porte e sun anel;
De ceo li pout estre mut bel.
L'abeesse li ot rendu,
E dist coment est avenu,
Quant primes li fu enveiee:
Desus le freisne fu cuchee;
Le paile e l'anel li bailla
Cil que primes li enveia;
Plus de aveir ne receut od li;
Come sa niece la nure.
La meschine ben l'esgardat,
En un cofre les afermat.
Le cofre fist od sei porter,
Nel volt lesser në ublïer.
Li chevaler ki l'amena
Mut la cheri e mut l'ama,
E tut si humme e si servant.
N'i out un sul, petit ne grant,
Pur sa franchise ne l'amast
E ne cherist e honurast.
Lungement ot od lui esté,
Tant que li chevaler fuifé
A mut grant mal li aturnerent:
 


Soventefeiz a lui parlerent
Que une gentil femme espusast
E de cele se delivrast;
Lié serei[en] s'il eüst heir,
Quë aprés lui puïst aveir
Sa terë e sun heritage;
Trop i avrei[en]t grant damage,
Si il laissast pur sa suinant
Que de espuse n'eüst enfant;
Jamés pur seinur nel tendrunt
Ne volenters nel servirunt,
Si il ne fait lur volenté.
Le chevalers ad graanté
Que en lur cunseil femme prendra;
Ore esgardent u ceo sera.
«Sire,» funt il, «ci pres de nus
Ad un produm, per est a vus;
Une fille ad, quë est suen heir:
Mut poëz tere od li aveir.
La Codre ad nun la damesele;
En [tut] cest païs ne ad si bele.
Pur le Freisne, que vus larrez,
En eschange le Codre av[r]ez.
En la Codre ad noiz e deduiz;
Freisne ne portë unke fruiz.
La pucele purchacerums;
Si Deu plest, si la vus durums.»
Del mariage unt purchacié
E de tutes parz otrïé.
Allas! cum est [mes]avenu
Que li [prudume] ne unt seü
L'aventure des dameiseles,
Quë esteient serur[s] gemeles!
Le Freisne cele fu celee;
Sis amis ad l'autre espusee.
Quant ele sot kë il la prist,
Unques peiur semblant ne fist:
Sun seignur sert mut bonement
E honure tute sa gent.
Li chevaler de la meisun
E li vadlet e li garçun
Merveillus dol pur li feseient

De ceo ke perdre le deveient.
 

 
     
  Page 5
 
 
 


Al jur des noces qu'il unt pris,
Sis sires maunde ses amis;
E l'erceveke[s] i esteit,
Cil de Dol, que de lui teneit.
S'espuse li unt amenee.
Sa merë est od li alee;
De la meschine aveit poür,
Vers ki sis sire ot tel amur,
Quë a sa fille mal tenist
Vers sun seignur, s'ele poïst;
De sa meisun la getera,
A sun gendre cunseilera
Quë a un produm la marit;
Si s'en deliverat, ceo quit.
Les noces tindrent richement;
Mut i out esbanïement.
La dameisele es chambres fu;
Unques de quanke ele ad veü
Ne fist semblant que li pesast
Ne tant que ele se curuçast;
Entur la dame bonement,
Serveit mut afeit[ï]ement.
A grant merveile le teneient
Cil e celes ki la veeient.
Sa mere l'ad mut esgardee,
En sun qor preisie e amee.
Pensat e dist s'ele seüst
La maniere [e] kë ele fust,
Ja pur sa fille ne perdist,
Ne sun seignur ne li tolist.
La noit, al lit aparailler,
U l'espuse deveit cucher,
La damisele i est alee;
De sun mauntel est desfublee.
Les chamberleins i apela,
La maniere lur enseigna
Cument si sires le voleit,
Kar meintefeiz veü l'aveit.
Quant le lit orent apresté,
Un covertur unt sus jeté.
Li dras esteit d'un viel bofu;
La dameisele l'ad veü;
N'ert mie bons, ceo li sembla;
En sun curage li pesa.

Un cofre ovri, sun paile prist,
 


Sur le lit sun seignur le mist.
Pur lui honurer le feseit;
Kar l'erceveke[s] i esteit
Pur eus beneistre e enseiner;
Kar c'afereit a sun mestier.
Quant la chambre fu delivree,
La dame ad sa fille amenee.
Ele la volt fere cuchier,
Si la cumande a despoilier.
Le paile esgarde sur le lit,
Quë unke mes si bon ne vit
Fors sul celui que ele dona
Od sa fille ke ele cela.
Idunc li remembra de li,
Tut li curages li fremi;
Le chamberlenc apele a sei.
«Di mei,» fait ele, «par ta fei,
U fu cest bon paile trovez?»
«Dame,» fait il, «vus le savrez:
La dameisele l'aporta,
Sur le covertur le geta,
Kar ne li sembla mie bons;
Jeo qui que le pailë est soens.»
La dame l'aveit apelee,
[e] Ele est devant li alee;
De sun mauntel se desfubla,
E la mere l'areisuna:
«Bele amie, nel me celez!
U fu cist bons pailes trovez?
Dunt vus vient il? kil vus dona?
Kar me dites kil vus bailla!»
La meschine li respundi:
«Dame, m'aunte, ke me nure,
L'abeesse, kil me bailla,
A garder le me comanda;
Cest e un anel me baillerent
Cil ki a nurir me enveierent.»
«Bele, pois jeo veer l'anel?»
«Oïl, dame, ceo m'est [mut] bel.»
L'anel li ad dunc aporté,
E ele l'ad mut esgardé;
El l'ad tresbien reconeü
E le paile ke ele ad veü.
Ne dute mes, bien seit e creit
Que ele memes sa fille esteit;
 

 
     
  Page 6
 
 
 


Oiant tuz, dist, ne ceil[e] mie:
«Tu es ma fille, bele amie!»
De la pité kë ele en a
Ariere cheit, si se pauma.
E quant de paumeisun leva,
Pur sun seignur tost enveia;
E il [i] vient tut effreez.
Quant il est en chambrë entrez,
La dame li cheï as piez,
Estreitement l[i] ad baisiez,
Pardun li quert de sun mesfait.
Il ne feseit nïent del plait.
«Dame,» fet il, «quei dites vus?
Il n'ad si bien nun entre nus.
Quanke vus plest seit parduné!
Dites mei vostre volunté!»
«Sire, quant parduné l'avez,
Jel vus dirai; si m'escutez!
Jadis par ma grant vileinie
De ma veisine dis folie;
De ses deus enfanz mesparlai:
Vers mei meïsmes [mes]errai.
Verité est que j'enceintai,
Deus filles oi, l'une celai;
A un muster la fis geter
E nostre paile of li porter
E l'anel que vus me donastes
Quant vus primes od mei parlastes.
Ne vus peot mie estre celé:
Le drap e l'anel ai trové.
Nostre fille ai ci conue,
Que par ma folie oi perdue;
E ja est ceo la dameisele
Que tant est pruz e sage e bele,
Ke li chevaler ad amee

 


Ki sa serur ad espusee.»
Li sires dit: «de ceo sui liez;
Unques mes ne fu[i] si haitiez;
Quant nostre fille avum trovee,
Grant joie nus ad Deu donee,
Ainz que li pechez fust dubliz.
Fille,» fet il, «avant venez!»
La meschine mut s'esjoï
De l'aventure ke ele oï.
Sun pere ne volt plus atendre;
Il meïsmes vet pur sun gendre,
E l'erceveke i amena,
Cele aventure li cunta.
Li chevaler, quant il le sot,
Unques si grant joie nen ot.
L'erceveke[s] ad cunseilié
Quë issi seit la noit laissié;
El demain les departira,
Lui e cele qu'il espusa.
Issi l'unt fet e graanté.
El demain furent desevré;
Aprés ad s'amie espusee,
E li peres li ad donee,
Que mut ot vers li bon curage;
Par mi li part sun heritage.
Il e la mere as noces furent
Od lur fille, si cum il durent.
Quant en lur païs s'en alerent,
La Coudre lur fille menerent;
Mut richement en lur cuntree
Fu puis la meschine donee.
Quant l'aventure fu seüe
Coment ele esteit avenue,
Le lai del Freisne en unt trové:
Pur la dame l'unt si numé.

 

 

 

Traduction en Français

Par ce lien vers Google books, vous accédez à une édition de 1820 d'un ouvrage de B. de Roquefort contenant quatorze lais attribués à Marie de France à l'époque, avec leurs traductions en français.

Les douze lais de Marie de France
(selon le manuscrit Harley 978)

Ces "Lais" sont des longs poèmes composés entre 1160 et 1180. Seul, le manuscrit Harley 978 contient les douze lais. La langue utilisée est un dialecte anglo-normand, parlé en Normandie et en Bretagne continentale, (ainsi qu'en Grande Bretagne depuis sa conquête par Guillaume le Conquérant). La personnalité de Marie de France est assez mystérieuse. Elle semble être issue d'une  famille noble d'Île de France et aurait  été reçue en tant qu'artiste à la cour du roi Henri II de Plantagenêt, (promoteur probable de la "Geste Arthurienne"). Ces textes sont en principe dans le domaine public. Nous essayons de les proposer dans une forme pratique pour en faciliter l'accès très intéressant et enrichissant dans l'étude de la langue française. 

Le Prologue spécifique aux 12 Lais
Lai de Guigemar Lai du Lanval Lai de Milon
Lai d’Equitan Lai des deus Amanz Lai du Chaitivel (Le Malheureux)
Lai du Fresne Lai de Yonec Lai du Chevrefoil (Chèvrefeuille)
Lai du Bisclavret (loup-garou) Lai du Laüstic (rossignol) Lai d’Eliduc

L'édition de 1820 de l'ouvrage de B. de Roquefort contenait quatorze lais avec leurs traductions en français. On y trouvait donc autres deux lais que l'auteur certifiait être l'œuvre de Marie de France, le Lai de Graelent, qui présente des analogies avec le Lai de Lanval, et dont l'auteur est aujourd'hui incertain, et le Lai de l'Espine, dont Monsieur Gervais de la Rue pense qu'il pourrait avoir été écrit par Guillaume-le-Normand, ce que Monsieur de Roquefort conteste formellement. Pour rendre intégralement le contenu et la portée de l'ouvrage de Mr B. de Roquefort, nous donnons les texte de ces deux lais dans la même forme que les douze précédents.

Lai de Graelent Lai de l’Espine

Retour au Florilège

Retour au cahier 26