Le Lai du Laüstic

Par Marie de France

     

VIII. Lai du Laüstic - (Rossignol)

 
Accès traduction en prose
 
  Page 1
 
 
 


Une aventure vus dirai,
Dunt li bretun firent un lai;
Laüstic ad nun, ceo m'est vis,
Si l'apelent en lur païs;
Ceo est russignol en franceis
E nihtegale en dreit engleis.
En seint mallo en la cuntree
Ot une vile renumee.
Deus chevalers ilec manëent
E deus forz maisuns (i) aveient.
Pur la bunté des deus baruns
Fu de la vile bons li nuns.
Li uns aveit femme espusee,
Sage, curteise e acemee;
A merveille se teneit chiere
Sulunc l'usage e la manere.
Li autres fu un bachelers
Bien coneü entre ses pers
De prüesce, de grant valur,
E volenters feseit honur:
Mut turnëot e despendeit
E bien donot ceo qu'il aveit.
La femme sun veisin ama;
Tant la requist, tant la preia
E tant par ot en lui grant bien
Que ele l'ama sur tute rien,
Tant pur le bien quë ele oï,
Tant pur ceo qu'il iert pres de li.
Sagement e bien s'entr'amerent;
Mut se covrirent e garderent
Qu'il ne feussent aparceüz.
Ne desturbez ne mescreüz.
E eus le poeient bien fere,
Kar pres esteient lur repere,
Preceines furent lur maisuns
E lur sales e lur dunguns;
N'i aveit bare ne devise
Fors un haut mur de piere bise.
Des chambres u la dame jut,
Quant a la fenestre s'estut,
Poeit parler a sun ami
De l'autre part, e il a li,
E lur aveirs entrechangier
E par geter e par lancier.
 


N'unt gueres rien que lur despleise,
Mut esteient amdui a eise,
Fors tant k'il ne poënt venir
Del tut ensemble a lur pleisir;
Kar la dame ert estreit gardee,
Quant cil esteit en la cuntree.
Mes de tant aveient retur,
U fust par nuit u fust par jur,
Que ensemble poeient parler;
Nul nes poeit de ceo garder
Que a la fenestre n'i venissent
E iloec (ne) s'entreveïssent.
Lungement se sunt entr'amé,
Tant que ceo vient a un esté,
Que bruil e pre sunt reverdi
E li vergier ierent fluri.
Cil oiselet par grant duçur
Mainent lur joie en sum la flur.
Ki amur ad a sun talent,
N'est merveille s'il i entent.
Del chevaler vus dirai veir:
Il i entent a sun poeir,
E la dame de l'autre part
E de parler e de regart.
Les nuiz, quant la lune luseit
E ses sires cuché esteit,
Dejuste lui sovent levot
E de sun mantel se afublot.
A la fenestre ester veneit
Pur sun ami qu'el i saveit
Que autreteu vie demenot,
(que) Le plus de la nuit veillot.
Delit aveient al veer,
Quant plus ne poeient aver.
Tant i estut, tant i leva
Que ses sires s'en curuça
E meintefeiz li demanda
Pur quei levot e u ala.
«Sire,» la dame li respunt,
«Il nen ad joië en cest mund,
Ki n'ot le laüstic chanter.

Pur ceo me vois ici ester.
Tant ducement l'i oi la nuit
Que mut me semble grant deduit;
 

 
     
  Page 2
 
 
 


Tant me delit'e tant le voil
Que jeo ne puis dormir de l'oil.»
Quant li sires ot que ele dist,
De ire e (de) maltalent en rist.
De une chose se purpensa:
Le laüstic enginnera.
Il n'ot vallet en sa meisun
Ne face engin, reis u laçun,
Puis les mettent par le vergier;
N'i ot codre ne chastainier
U il ne mettent laz u glu,
Tant que pris l'unt e retenu.
Quant le laüstic eurent pris,
Al seignur fu rendu tut vis.
Mut en fu liez quant il le tient;
As chambres (a) la dame vient.
«Dame,» fet il, «u estes vus?
Venuz avant! Parlez a nus!
J'ai le laüstic englué,
Pur quei vus avez tant veillé.
Desor poëz gisir en peis:
Il ne vus esveillerat meis.»
Quant la dame l'ad entendu,
Dolente e cureçuse fu.
A sun seignur l'ad demandé,
E il l'ocist par engresté;
Le col li rumpt a ses deus meins --
De ceo fist il que trop vileins --
Sur la dame le cors geta,
Se que sun chainse ensanglanta
Un poi desur le piz devant.
De la chambre s'en ist atant.
La dame prent le core petit;
Durement plure e si maudit
Ceus ki le laüstic traïrent
E les engins e laçuns firest;
 


Kar mut li unt toleit grant hait.
«Lasse,» fet ele, «mal m'estait!
Ne purrai mes la nuit lever
Ne aler a la fenestre ester,
U jeo suil mun ami veer.
Une chose sai jeo de veir:
Il quid(e)ra ke jeo me feigne;
De ceo m'estuet que cunseil preigne.
Le laüstic li trametrai,
L'aventure li manderai.»
En une piece de samit,
A or brusdé e tut escrit,
Ad l'oiselet envolupé.
Un sun vatlet ad apelé,
Sun message li ad chargié,
A sun ami l'ad enveié.
Cil est al chevalier venuz;
De part sa dame dist saluz,
Tut sun message li cunta,
Le laüstic li presenta.
Quant tut li ad dit e mustré
E il l'aveit bien escuté,
De l'aventure esteit dolenz;
Mes ne fu pas vileins ne lenz.
Un vasselet ad fet forgeér;
Unques n'i ot fer në acer:
Tut fu de or fin od bones pieres,
Mut precïuses e mut cheres;
Covercle i ot tresbien asis.
Le laüstic ad dedenz mis;
Puis fist la chasse enseeler,
Tuz jurs l'ad fet of lui porter.
Cele aventure fu cuntee,
Ne pot estre lunges celee.
Un lai en firent li bretun:
Le laüstic l'apelë hum.
 

 
     

Traduction en Français

Par ce lien vers Google books, vous accédez à une édition de 1820 d'un ouvrage de B. de Roquefort contenant quatorze lais attribués à Marie de France à l'époque, avec leurs traductions en français.

Les douze lais de Marie de France
(selon le manuscrit Harley 978)

Ces "Lais" sont des longs poèmes composés entre 1160 et 1180. Seul, le manuscrit Harley 978 contient les douze lais. La langue utilisée est un dialecte anglo-normand, parlé en Normandie et en Bretagne continentale, (ainsi qu'en Grande Bretagne depuis sa conquête par Guillaume le Conquérant). La personnalité de Marie de France est assez mystérieuse. Elle semble être issue d'une  famille noble d'Île de France et aurait  été reçue en tant qu'artiste à la cour du roi Henri II de Plantagenêt, (promoteur probable de la "Geste Arthurienne"). Ces textes sont en principe dans le domaine public. Nous essayons de les proposer dans une forme pratique pour en faciliter l'accès très intéressant et enrichissant dans l'étude de la langue française. 

Le Prologue spécifique aux 12 Lais
Lai de Guigemar Lai du Lanval Lai de Milon
Lai d’Equitan Lai des deus Amanz Lai du Chaitivel (Le Malheureux)
Lai du Fresne Lai de Yonec Lai du Chevrefoil (Chèvrefeuille)
Lai du Bisclavret (loup-garou) Lai du Laüstic (rossignol) Lai d’Eliduc

L'édition de 1820 de l'ouvrage de B. de Roquefort contenait quatorze lais avec leurs traductions en français. On y trouvait donc autres deux lais que l'auteur certifiait être l'œuvre de Marie de France, le Lai de Graelent, qui présente des analogies avec le Lai de Lanval, et dont l'auteur est aujourd'hui incertain, et le Lai de l'Espine, dont Monsieur Gervais de la Rue pense qu'il pourrait avoir été écrit par Guillaume-le-Normand, ce que Monsieur de Roquefort conteste formellement. Pour rendre intégralement le contenu et la portée de l'ouvrage de Mr B. de Roquefort, nous donnons les texte de ces deux lais dans la même forme que les douze précédents.

Lai de Graelent Lai de l’Espine

Retour au Florilège

Retour au cahier 26