Lai d'Equitan

Par Marie de France

     

II. Lai d'Equitan

 
Accès traduction en prose
 
  Page 1
 
 
 


Mut unt esté noble barun
Cil de bretaine, li bretun.
Jadis suleient par prüesce,
Par curteisie e par noblesce
Des aventures que oiëent,
Ki a plusur gent aveneient,
Fere les lais pur remembrance,
Que [hum] new meïst en ubliance.
Un en firent, ceo oi cunter,
Ki ne fet mie a ublïer,
D'equitan que mut fu curteis,
Sire de nauns, jostis'e reis.
Equitan fu mut de grant pris
E mut amez en sun païs;
Deduit amout e drüerie:
Pur ceo maintint chevalerie.
Cil met[ent] lur vie en nu[n]cure
Que d'amur n'unt sen e mesure;
Tels est la mesure de amer
Que nul n'i deit reisun garder.
Equitan ot un seneschal,
Bon chevaler, pruz e leal;
Tute sa tere li gardoit
E meinteneit e justisoit.
Ja, se pur ostïer ne fust,
Pur nul busuin ki li creüst
Li reis ne laissast sun chacier,
Sun deduire, sun riveier.
Femme espuse ot li seneschals,
Dunt puis vient el païs granz mal[s].
La dame ert bele durement
E de mut bon affeitement,
Gent cors out e bele faiture;
En li former uvrat nature;
Les oilz out veirs e bel le vis,
Bele buche, neis ben asis.
El rëaume n'aveit sa per.
Li reis l'oï sovent loër.

 


Soventefez la salua,
De ses aveirs li enveia;
Sanz veüe la coveita,
E cum ainz pot a li parla.
Priveement esbanïer
En la cuntree ala chacier.
La u li seneschal maneit,
El chastel u la dame esteit,
[se] herberjat li reis la nuit,
Quant repeirout de sun deduit.

Asez poeit a li parler,
Sun curage e sun bien mustrer.
Mut la trova curteise e sage,
Bele de cors e de visage,
De bel semblant e enveisie;
Urs l'ad mis a sa maisnie.
Une s[e]ete ad vers lui traite,
Que mut grant plaie li ad faite,
El quor li ad lancie e mise;
N'i ad mestier sens ne cointise;
Pur la dame l'ad si suspris,
Tut en est murnes e pensis.
Or l'i estut del tut entendre,
Ne se purrat nïent defendre:
La nuit ne dort ne [ne]respose,
Mes sei meïsmes blasme e chose.
«allas,» fet il, «queil destinee
M'amenat en ceste cuntree?
Pur ceste dame que ai veüe
M'est un'anguisse al quor ferue
Que tut le cors me fet trembler.
Jeo quit que mei l'estuet amer;
E si jo l'aim, jeo ferai mal:
Ceo est la femme al seneschal.
Garder li dei amur e fei,
Si cum jeo voil k'il face a mei.
Si par nul engin le saveit,
Bien sai que mut l'en pesereit.
 

 
     
  Page 2
 
 
 


Mes nepurquant pis iert asiz
Que pur li seië afolez.
Si bele dame tant mar fust,
S'ele n'amast u dru eüst !
Que devendreit sa curteisie,
S'ele n'amast de drüerie?
Suz ciel n'ad humme, s'ele amast,
Ki durement n'en amendast.
Li seneschal, si l'ot cunter,
Ne l'en deit mie trop peser;
Sul ne la peot il nient tenir:
Certes jeo viol od li partir.»
Quant ceo ot dit, si suspira;
Enprés se jut e si pensa.
Aprés parlat e dist: «de quei
Sui en estrif e en effrei?
Uncor ne sai ne n'ai seü
S'ele fereit de mei sun dru;
Mes jeo savrai hastivement.
S'ele sentist ceo ke jeo sent,
Jeo perdrei[e] ceste dolur.
E deus! Tant ad de ci que al jur!
Jeo ne puis ja repos aveir:
Mut ad ke jeo cuchai eirseir.»
Li reis veilla tant que jur fu;
A grant peinë ad atendu.
Il est levez, si vet chacier;
Mes tost se mist el repeirer
E dit que mut est deshaitiez.
Es chambres vet, si s'est cuchiez.
Dolent en est li senescaus:
Il ne seit pas queils est li maus
De quei li reis sent les friçuns;
Sa femme en est dreit'acheisuns.
Pur sei deduire e cunforter
La fist venir a li parler.
Sun curage li descovri,
Saver li fet qu'il meort pur li;
Del tut li peot faire confort
E bien li peot doner [l]a mort.
«sire,» la dame li ad dit,
«de ceo m'estuet aveir respit:
A ceste primere feiee
Ne sui jeo mie cunseillee.
 


Vus estes rei de grant noblesce;
Ne sui mie de teu richesce
Que [a] mei [vus] deiez arester
De drüerie ne de amer.
S'avïez fait vostre talent,
Jeo sai de veir, ne dut nïent,
Tost me avrïez entrelaissie[e],
Jeo sai de veir, ne dut nïent,
Së [is]si fust que vus amasse
E vostre requeste otreiasse,
Ne sereit pas üel partie
Entre nus deus la drüerie.
Pur ceo quë estes rei puissaunz
E mi sire est de vus tenaunz,
Quidereiez, a mun espeir,
Le danger de l'amur aveir.
Amur n'est pruz se n'est egals.
Meuz vaut un povre[s] hum lëals,
Si en sei ad sen e valur,
[e] greinur joie est de s'amur
Quë il n'est de prince u de rei,
Quant il n'ad lëauté en sei.
S'aukuns aime plus ha[u]tement
Que [a] sa richesce nen apent,
Cil se dut[e] de tute rien

Li riches hum requid[e] bien
Que nuls ne li toille s'amie
Qu'il volt amer par seignurie.»
Equitan li respunt aprés:
«dame, merci! Nel dites mes!
Cil ne sunt mie fin curteis,
Ainz est bargaine de burgeis,
Que pur aveir ne pur grant fieu
Mettent lur peine en malveis lui.
Suz ciel n'ad dame, s'ele est sage,
Surteise e franche de curage,
Pur quei d'amer se tienge chiere,
Que el ne seit mie novelere,
S'ele n'eüst fors sul sun mantel,
Que uns riches princes de chastel
Ne se deüst pur li pener
E lëalment e bien amer.
Cil ki de amur sunt nov[e]lier
E ki se aturnent de trichier,
 

 
     
  Page 3
 
 
 


Il sunt gabé e deceü;
De plusurs l'avum nus veü.
N'est pas merveille se cil pert
Ki par s'ovreine le desert.
Ma chiere dame, a vus m'otrei!
Ne me tenez mie pur rei,
Mes pur vostre hum e vostre ami!
Seürement vus jur e di
Que jeo ferai vostre pleisir.
Ne me laissez pur vus murir!
Vus seiez dame e jeo servant,
Vus orguilluse e jeo preiant!»
Tant ad li reis parlé od li
E tant li ad crïé merci
Que de s'amur l'aseüra,
E el sun cors li otria.
Par lur anels s'entresaisirent,
Lur fiaunce[s] s'entreplevirent.
Bien les tiendrent, mut s'entr'amerent;
Puis en mururent e finerent.

Lung tens durrat lur drüerie,
Que ne fu pas de gent oïe.
As termes de lur assembler,
Quant ensemble durent parler,
Li reis feseit dire a sa gent
Que seignez iert priveement.
Les us des chambres furent clos;
Ne troveissez humme si os,
Si li rei pur lui n'enveiast,
Ja une feiz dedenz entrast.
Li seneschal la curt teneit,
Les plaiz e les clamurs oieit.
Li reis l'ama mut lungement,
Que d'autre femme n'ot talent:
Il ne voleit nule espuser,
Ja n'en rovast oïr parler.
La gent le tindrent mut a mal,
Tant que la femme al seneschal
L'oï suvent; mut li pesa,
E de lui perdre se duta.
 


Quant ele pout a lui parler
E el li duit joie mener,
Baisier, estreindre e acoler
E ensemblë of lui jüer,
Forment plura e grant deol fist.
Li reis demanda e enquist
Que [ceo] deveit e que ceo fu.
La dame li ad respundu:
«sire, jo plur pur nostre amur,
Que mei revert a grant dolur:
Femme prendrez, fille a un rei,
[e] si vus partirez de mei;
Sovent l'oi dire e bien le sai.
E jeo, lasse! Que devendrai?
Pur vus m'estuet aver la mort;
Car jeo ne sai autre cunfort.»
Li reis li dit par grant amur:
«bele amie, n'eiez poür!
Certes, ja femme ne prendrai
Ne pur autre [ne] vus larrai.
Sacez de veir e si creez:
Si vostre sire fust finez,
Reïne e dame vus fereie;
Ja pur [nul] humme nel lerreie.»
La dame l'en ad mercïé
E dit que mut li sot bon gre,
E si de ceo l'aseürast
Que pur autre ne la lessast,
Hastivement purchacereit
A sun seignur que mort sereit;
Legier sereit a purchaceir,
Pur ceo k'il li vousist aidier.
Il li respunt que si ferat:
Ja cele rien ne li dirrat
Quë il ne face a sun poeir,
Turt a folie u a saveir.

«sire,» fet ele, «si vus plest,
Venez chacer en la forest,
En la cuntree u jeo sujur;
Dedenz le chastel mun seignur
 

 

 
     
  Page 4
 
 
 


Sujurnez; si serez seignez,
E al terz jur si vus baignez.
Mis sire od vus se seignera
E avuec vus se baignera;
Dites li bien, nel lessez mie,
Quë il vus tienge cumpainie!
E jeo ferai les bains temprer
E les deus cuves aporter,
Sun bain si chaut e si buillant,
Suz ciel n'en ad humme vivant
Ne fust escaudez e malmis,
Einz que dedenz [se] fust asis.
Quant mort serat e escaudez,
Vos hummes e les soens mandez;
Si lur mustrez cumfaitement
Est mort al bain sudeinement.»
Li reis li ad tut graanté
Qu'il en ferat sa volenté.
Ne demurat mie treis meis
Que el païs vet chacier li reis.
Seiner se fet cuntre sun mal,
Ensemble of lue sun senescal.
Al terz jur dist k'il baignereit;
Li senescal mut le voleit.
«vus baignerez,» dist il, «od mei.»
Li senescal dit: «jo l'otrei.»
La dame fet les bains temprer
E les deus cuves aporter;
Devant le lit tut a devise
Ad chescune de[s] cives mise.
L'ewe buillant feit aporter,
U li senescal dut entrer.
Li produm esteit sus levez:
Pur deduire fu fors alez.
La dame vient parler al rei,

 


E il la mist dejuste sei;
Sur le lit al seignur cucherent
E deduistrent e enveiserent.
Ileoc unt ensemble geü,
Pur la cuve que devant fu.
L'us firent tenir e garder;
Une meschine i dut ester.

Li senescal hastif revint,
A l'hus buta, cele le tint;
Icil le fiert par tel aïr,
R force li estut ovrir.
Le rei e sa femme ad trovez
U il gisent entr'acolex.
Li reis garda, sil vit venir.
Pur sa vileinie covrir
Dedenz la cive saut joinz pez,
E il fu nuz e despuillez;
Unques garde ne s'en dona.
Ileoc murut [e] escauda;
Sur lui est le mal revertiz,
E cil en est sauf e fariz.
Le senescal ad bien vië
Coment del rei est avenu.
Sa femme prent demeintenant,
El bain la met le chief avant.
Issi mururent amb[e]dui,
Li reis avant, e ele of lui.
Ki bien vodreit reisun entendre,
Ici purreit ensample prendre:
Tel purcace le mal d'autrui
Dunt le mals [tut] revert sur lui.
Issi avient cum dit vus ai.
Li bretun en firent un lai,
D'equitan, cum[ent] il fina
E la dame que tant l'ama.

 

 

Traduction en Français

Par ce lien vers Google books, vous accédez à une édition de 1820 d'un ouvrage de B. de Roquefort contenant quatorze lais attribués à Marie de France à l'époque, avec leurs traductions en français.

Les douze lais de Marie de France
(selon le manuscrit Harley 978)

Ces "Lais" sont des longs poèmes composés entre 1160 et 1180. Seul, le manuscrit Harley 978 contient les douze lais. La langue utilisée est un dialecte anglo-normand, parlé en Normandie et en Bretagne continentale, (ainsi qu'en Grande Bretagne depuis sa conquête par Guillaume le Conquérant). La personnalité de Marie de France est assez mystérieuse. Elle semble être issue d'une  famille noble d'Île de France et aurait  été reçue en tant qu'artiste à la cour du roi Henri II de Plantagenêt, (promoteur probable de la "Geste Arthurienne"). Ces textes sont en principe dans le domaine public. Nous essayons de les proposer dans une forme pratique pour en faciliter l'accès très intéressant et enrichissant dans l'étude de la langue française. 

Le Prologue spécifique aux 12 Lais
Lai de Guigemar Lai du Lanval Lai de Milon
Lai d’Equitan Lai des deus Amanz Lai du Chaitivel (Le Malheureux)
Lai du Fresne Lai de Yonec Lai du Chevrefoil (Chèvrefeuille)
Lai du Bisclavret (loup-garou) Lai du Laüstic (rossignol) Lai d’Eliduc

L'édition de 1820 de l'ouvrage de B. de Roquefort contenait quatorze lais avec leurs traductions en français. On y trouvait donc autres deux lais que l'auteur certifiait être l'œuvre de Marie de France, le Lai de Graelent, qui présente des analogies avec le Lai de Lanval, et dont l'auteur est aujourd'hui incertain, et le Lai de l'Espine, dont Monsieur Gervais de la Rue pense qu'il pourrait avoir été écrit par Guillaume-le-Normand, ce que Monsieur de Roquefort conteste formellement. Pour rendre intégralement le contenu et la portée de l'ouvrage de Mr B. de Roquefort, nous donnons les texte de ces deux lais dans la même forme que les douze précédents.

Lai de Graelent Lai de l’Espine

Retour au Florilège

Retour au cahier 26