Prologues des Lais et des Fables

Marie de France

     

Dédicace

Lai de Guigemar

Accès vers la traduction en prose du prologue du du tome 1

(D'autres liens fort intéressants sont accessibles en milieu de page)

 
Prologue des Lais de Marie de France - (tome 1)
 
 
 


Qui Deus a duné esciënce
E de parler bone eloquence,
Ne s’en deit taisir ne celer,
Ainz se deit voluntiers mustrer.
Quant un granz biens est mult oïz,
Dunc a primes est il fluriz,
E quant loëz est de plusurs,
Dunc a espandues ses flurs.

Custume fu as anciëns,
Ceo testimonie Preciëns,
Es livres que jadis faiseient
Assez oscurement diseient
Pur cels ki a venir esteient
Ë ki apendre les deveient,
Que peüssent gloser la letre
E de lur sen le surplus metre.

Li philesophe le saveient,
E par els meïsme entendeient,
Cum plus trespassereit de tens,
Plus serreient sutil de sens
E plus se savreient guarder
De ceo qu’i ert a trespasser.
Ki de vice se vuelt defendre,
Estudiër deit e entendre
E grevose oevre comencier;
Par ceo s'en puet plus esloignier
E de grant dolur delivrer.
 


 Pur ceo començai a penser
D'alkune bone estoire faire
E de Latin en Romanz traire;
Mais ne me fust guaires de pris:
Itant s'en sunt altre entremis.
Des lais pensai qu'oïz aveie.
Ne dutai pas, bien le saveie,
Que pur remembrance les firent
Des aventures qu'il oïrent
Cil ki primes les comencierent
E ki avant les enveierent.
Plusurs en ai oïz conter,
Nes vueil laissier ne obliër.
Rimé en ai e fait ditié,
Soventes feiz en ai veillié.

En l'onur de vus, nobles reis,
Ki tant estes pruz e curteis,
A qui tute joie s'encline,
E en qui quer tuz biens racine,
M'entremis des lais assembler
Par rime faire e reconter.
En mun quer pensoe e diseie,
Sire, ques vos presentereie.
Se vos les plaist a receveir,
Mult me ferez grant joie aveir;
A tuz jurs mais en serrai liee.
Ne me tenez a surquidiee,
Se vos os faire icest present.
Ore oëz le comencement !
 

 

 


Prologue des Fables de Marie de France - (tome 2)
 

 
 


Cil ki seiTent de trovéure,
Devraient bien mettre leur cure
Es buns livres è es escris,
E es essamples, è es dis,
Ke li filosofe truvèrent,
E escrirent è ramembrèrent.
Par moralité escriveient
Les buns proverbes ke il ooient ;
Ke cil amender se péuissent
E lur entente en bien méissent ;
Si firent li encien père.
Romulus qui fu emperère ,
A sun fill escrit è mandu,
E par essample li mustru,
Cum il se puist cuntreguetier,
K'hum ne le peust engingnier.
Izopes escrit à sun mestre
Ki bien quenust lai è sun estre,
Unes fables k'il ot truvées
De griec en laitin translatées;
 


Mervoille en urent li plusur
K'il mist sun sens en tel labur ;
Mès jn'i ad fables, ne folie,
U il n'ad de filosofie
As essamples qui sunt après,
U des cuntes sunt li grant fès.
A moi qui la rime en doit feire
N'avenist noient à retreire,
Plusurs paroles que i sunt.
Meiz ne purquant cil m'en semunt
Ki flourz est de chevalerie ,
D'anseignemenz de curteisie ;
E quant tex hum n'en ad requise,
Ne voil lessier en nule guise
Que n'i mette traveil è peine ;
Or ke m'en tiegne pur vileine
Mult deit fère pur sa prieière.
Ci cummencerai la primière
Des fables k'Ysopez escrit,
K'à son meistre manda et dist.
 

 

Google Books permet d'accéder (en langage d'époque) aux deux  tomes d'une édition de 1820 d'un ouvrage de B. de Roquefort, entièrement consacré aux œuvres de Marie de France, et présenté ci-dessous.  La préface illustrée donne d'intéressants détails sur les travaux de Marie de France, l'environnement dans lequel elle évoluait, ainsi que sur les origines et évolutions des Lais Bretons. Le premier tome contient quatorze lais attribués à Marie de France, à cette époque, avec des commentaires étymologiques et linguistiques détaillés et leurs traductions en français.  Le tome second contient cent trois fables de Marie de France avec des commentaires étymologiques et linguistiques détaillés avec des traductions partielles -Il contient également le texte du Purgatoire de saint Patrice et sa préface.

Liens vers les traductions en Français

Lien vers la présentation et la préface complète du tome 1 du livre de B. de Roquefort
Lien vers des notes détaillées sur la vie de Marie de France

Lien vers les notes détaillées sur l'origine et la formation des Lais
Lien général vers le tome 1 de B. de Roquefort, contenant 14 lais de Marie de France avec les commentaires linguistiques et traductions
Lien général vers le tome 2 de B. de Roquefort, contenant 103  fables commentées de Marie de France, et le Purgatoire de saint Patric

Les douze lais de Marie de France
(selon le manuscrit Harley 978)

Ces "Lais" sont des longs poèmes composés entre 1160 et 1180. Seul, le manuscrit Harley 978 contient les douze lais. La langue utilisée est un dialecte anglo-normand, parlé en Normandie et en Bretagne continentale, (ainsi qu'en Grande Bretagne depuis sa conquête par Guillaume le Conquérant). La personnalité de Marie de France est assez mystérieuse. Elle semble être issue d'une  famille noble d'Île de France et aurait  été reçue en tant qu'artiste à la cour du roi Henri II de Plantagenêt, (promoteur probable de la "Geste Arthurienne"). Ces textes sont en principe dans le domaine public. Nous essayons de les proposer dans une forme pratique pour en faciliter l'accès très intéressant et enrichissant dans l'étude de la langue française. 

Le Prologue spécifique aux 12 Lais
Lai de Guigemar Lai du Lanval Lai de Milon
Lai d’Equitan Lai des deus Amanz Lai du Chaitivel (Le Malheureux)
Lai du Fresne Lai de Yonec Lai du Chevrefoil (Chèvrefeuille)
Lai du Bisclavret (loup-garou) Lai du Laüstic (rossignol) Lai d’Eliduc

L'édition de 1820 de l'ouvrage de B. de Roquefort contenait quatorze lais avec leurs traductions en français. On y trouvait donc autres deux lais que l'auteur certifiait être l'œuvre de Marie de France, le Lai de Graelent, qui présente des analogies avec le Lai de Lanval, et dont l'auteur est aujourd'hui incertain, et le Lai de l'Espine, dont Monsieur Gervais de la Rue pense qu'il pourrait avoir été écrit par Guillaume-le-Normand, ce que Monsieur de Roquefort conteste formellement. Pour rendre intégralement le contenu et la portée de l'ouvrage de Mr B. de Roquefort, nous donnons les texte de ces deux lais dans la même forme que les douze précédents.

Les deux lais ci-dessous sont dorénavant accessibles et traduits
Lai de Graelent Lai de l’Espine

Retour au Florilège

Retour au cahier 26