Le Lai de Milun

Par Marie de France

     

IX. Lai de Milun

 
Accès traduction en prose
 
  Page 1
 
 
 


Ki divers cuntes vuelt traitier,
Diversement deit comencier
E parler si raisnablement
Que il seit plaisible a la gent.
Ici comencerai Milun
E musterrai par brief sermun
Pur quei e coment fu trovez
Li lais ki issi est numez.
Milun fu de Suhtwales nez.
Puis le jur qu'il fu adubez
Ne trova un sul chevalier
Ki l'abatist de sun destrier.
Mult par esteit bons chevaliers,
Frans e hardiz, eurteis e fiers.
Mult fu coneüz en Irlande
E en Norweie e en Guhtlande;
En Loengres e en Albanie
Ourent plusur de lui envie.
Pur sa pruësce ert mult amez
E de mulz princes honurez.
En sa cuntree ot un barun,
Mes jeo ne sai numer sun nun.
Il aveit une fille, bele
E mult curteise dameisele.
Ele ot oï Milun nomer;
Mult le cumença a amer.
Par sun message li manda
Que, se li plaist, el l'amera.
Milun fu liez de la novele,
S'en mercia la dameisele;
Volentiers otria l'amur,
N'en partira ja mes nul jur.
Asez li fait curteis respuns.
Al message dona granz duns
E grant amistié li premet.
"Amis", fet il, "or t'entremet
Qu'a m'amie puisse parler,
E de nostre cunseil celer!
Mun anel d'or li porterez
E de meie part li direz:
Quant li plaira, si vien pur mei,
E jeo irai ensemble od tei."
Cil prent cungié, a tant le lait.
A sa dameisele revait.
L'anel li dune, si li dist
Que bien a fet ceo que li quist.
 


Mult fu la dameisele liee
De l'amur issi otriëe.
De lez sa chambre en un vergier
U ele alout esbaneier,
La justouent lur parlement
Milun e ele bien suvent.
Tant i vint Milun, tant l'ama
Que la dameisele enceinta.
Quant aparçut qu'ele est enceinte,
Milun manda, si fist sa pleinte.
Dist li cument est avenu,
S’onur e sun bien a perdu,
Quant de tel fet s'est entremise;
De li iert faite granz justise:
A glaive sera turmentee
U vendue en altre cuntree.
Ceo fu custume as anciëns,
E s'i teneient en cel tens.
Milun respunt que il fera
Quan que ele cunseillera.
"Quant li enfes", fait ele, "iert nez,
A ma serur l'en porterez,
Ki en Norhumbre est mariëe,
Riche dame, pruz e senee,
Si li manderez par escrit
E par paroles e par dit
Que c'est li enfes sa serur,
S'en a sufert meinte dolur.
Or guart que il seit bien nurriz,
Quels que ço seit, u fille u fiz!
Vostre anel al col li pendrai
E un brief li enveierai;
Escriz I iert li nuns sun pere
E l'venture de sa mere.
Quant il sera granz e creüz
E en tel eage venuz
Que il sace raisun entendre,
Le brief e l'anel li deit rendre,
Si li cumant tant a guarder
Que sun pere puisse trover.'
A cel cunseil se sunt tenuz,
Tant que li termes est venuz

Que la dameisele enfanta.
Une vieille ki la guarda,
A qui tut sun estre geï,
Tant la cela, tant la covri,
 

 
     
  Page 2
 
 
 


Unques n'en fu aparcevance
En parole ne en semblance.
La meschine ot un fiz mult bel.
Al col li pendirent l'anel
E une almosniere de seie
Avuec le brief que nuls nel veie.
Puis le culchent en un berçuel,
Envolupé d'un blanc linçuel.
De desuz la teste a l'enfant
Mistrent un oreillier vaillant
E desus lui un covertur,
Urlé de martre tut en tur.
La vieille l'a Milun baillié,
Ki l'a atendue el vergier.
Il le comanda a tel gent
Ki l'en porterent leialment.
Par les viles u il errouent
Set feiz le jur se reposoënt;
L'enfant faiseient alaitier,
Culchier de nuvel e baignier.
Tant unt le dreit chemin erré
Qu'a la dame l'unt comandé
El le receut, si l'en fu bel.
Le brief reçut e le seel;
Quant ele sot ki il esteit,
A merveille le cherisseit.
Cil ki l'enfant orent porté
En lur païs sunt returné.
Milun eissi fors de sa terre
En soldees pur sun pris querre.
S'amie remest a maisun.
Sis pere li duna barun,
Un mult riche hume del païs,
Mult esforcible e de grant pris.
Quant ele sot eele aventure,
Mult est dolente a desmesure
E suvent regrete Milun.
Car mult dute la mesprisun
De ceo qu'ele ot ett enfant;
Il le savra demeintenant.
"Lasse", fet ele, "que ferai?
Aurai seignur! Cum le prendrai?

Ja ne sui jeo mie pucele;
A tuz jurs mes serai ancele!
Jeo ne soi pas que fust issi,
Ainz quidoue aveir mun ami;
 


Entre nus celissum l'afaire,
Ja ne l'oïsse aillurs retraire.
Mielz me vendreit murir que vivre;
Mes jeo ne sui mie a delivre,
Ainz ai asez sur mei guardeins
Vielz e juefnes, mes chamberleins,
Ki tuz jurs heent bone amur
E se delitent en tristur.
Or m'estuvra issi sufrir,
Lasse, quant jeo ne puis murir."
Al terme qu'ele fu donee,
Sis sire l'en a amenee.
Milun revint en sun païs.

Mult fu dolenz, mult fu pensis,
Grant doel fist, grant doel demena;
Mes de ceo se recunforta
Que pres esteit de sa cuntree
Cele qu'il tant aveit amee.
Milun se prist a purpenser
Coment il li purra mander,
Si qu'il ne seit aparceüz,
Qu'il est el païs revenuz.
Ses letres fist, sis seela.
Un cisne aveit qu'il mult ama;
Le brief li a al col lié
E dedenz la plume muscié.
Un suen esquiër apela,
Sun message li encharja.
"Va tost", fet il, "change tes dras!
Al chastel m'amie en irras.
Mun cisne porteras od tei.
Guarde que en prenges cunrei,
U par servant u par meschine,
Que presentez li seit li cisne."
Cil a fet sun comandement.
A tant s'en vet; le cigne prent.
Tut le dreit chemin que il sot
Al chastel vint, si cum il pot.
Par mi la vile est trespassez,
A la mestre porte est alez.
Le portier apela a sei.
"Amis", fet il, "entent a mei!
Jeo sui uns huem de tel mestier,
D'oisels prendre me sai aidier.
En un pre desuz Karliün
 

 
     
  Page 3
 
 
 


Un cigne pris od mun laçun.
Pur force e pur meintenement

la dame en vueil faire present,
que jeo ne seie desturbez
en cest païs n'achaisunez."
Li bachelers li respundi:
"Amis, nuls ne parole a li;
Mes nepurec j'irai saveir.
Se jeo poeie liu veeir
Que jeo t'i peüsse mener,
Jeo te fereie a li parler."
En la sale vint li portiers,
N'i trova fors dous chevaliers;
Sur une grant table seeient,
Od uns eschés se deduieient.
Hastivement returne ariere.
Celui ameine en tel maniere
Que de nului ne fu seüz,
Desturbez ne aparceüz.
A la chambre vient, si apele;
L'us lur ovri une pucele.
Cil sunt devant la dame alé,
Si unt le cigne presenté.
Ele apela un suen vaslet.
Puis si li dit: 'Or t'entremet
Que mis eignes seit bien guardez
E que il ait viande asez!'
"Dame", fet cil ki l'aporta,
"Ja nuls fors vus nel recevra.
E ja est ceo presenz reials;
Veez cum il est bons e beals!"
Entre ses mains li bailie e rent.
El le receit mult bonement.
Le col li manie e le chief,
Desuz la plume sent le brief.
Li sans li remue e fremi:
Bien sot qu'il vint de sun ami.
Celui a fet del suen doner,
Si l'en cumanda a aler.
Quant la chambre fu delivree,
Une meschine a apelee.
Le brief aveient deslié;
Ele en a le seel bruisié.
Al primier chief trova 'Milun'.
De sun ami cunut le nun;
Cent feiz le baisë en plurant,
Ainz qu'ele puisse dire avant.
 

 

Al chief de piece veit l'escrit,
Ceo qu'il ot cumandé e dit,
Les granz peines e la dolur
Que Milun suefre nuit e jur.
Ore est del tut en sun plaisir
De lui ocire u del guarir.
S'ele setist engin trover
Cum il peüst a li parler,
Par ses letres li remandast
E le cigne li renveiast.
Primes le face bien guarder,
Puis si le laist tant jeüner
Treis jurs que il ne seit peüz;
Li briés li seit al col penduz;
Laist l'en aler: il volera
La u il primes conversa.
Quant ele ot tut l'escrit veü
E ceo qu'ele i ot entendu,
Le cigne fet bien surjurner
E forment pestre e abevrer.
Dedenz sa chambre un meis le tint.
Mes ore oëz cum l'en avint!
Tant quist par art e par engin
Que ele ot enke e parchemin.
Un brief escrist tel cum li plot,
Od un anel l'enseelot.
Le cigne ot laissié jeüner;
Al col li pent, sil lait aler.
Li oisels esteit fameillus
E de viande coveitus;
Hastivement est revenuz
La dunt il primes fu meüz.
En la vile e en la maisun
Descent devant les piez Milun.
Quant il le vit, mult en fu liez;
Par les eles le prent haitiez.
Il apela sun despensier,
Si li fet doner a mangier.
Del col li a le brief osté.
De chief en chief a esguardé
Les enseignes qu’il i trova,
E des saluz se rehaita:
"Ne puet senz lui nul bien aveir;
Or li remant tut sun voleir
Par le cigne sifaitement!"
Si fera il hastivement.

 
     
  Page 4
 
 
 


Vint anz menerent cele vie
Milun entre lui e s’amie.
Del cigne firent messagier,
N’i aveient altre enparlier,
E sil faiseient jeüner
Ainz qu’il le laissassent voler;
Cil a qui li oisels veneit,
Ceo saciez, que il le paisseit.
Ensemble vindrent plusurs feiz.
Nuls ne puet estre si destriez
Ne si tenuz estreitement
Que il ne truisse liu sovent.
La dame ku lur fiz nurri,
(Tant ot esté ensemble od li
Qu’il esteit venuz en eé),
A chevalier l’a adubé.
Mult I aveit gent dameisel.
Le brief li rendi e l’anel.
Puis li a dit ki est sa mere,
E l’aventure de sun pere,
E cum il est bons chevaliers,
Tant pruz, tant hardiz e tant fiers,
N’ot en la terre nul meillur
De sun pris ne de sa valur.
Quant la dame li ot mustré
E il l’aveit bien esculté,
Del bien sun pere s’esjoï;
Liez fu de ceo qu’il ot oï.
A sei meïsmes pense e dit:
‘Mult se deit huem preisier petit,
Quant il issi fu engendrez
E sis pere est si alosez,
S’il ne se met en greignur pris
Fors de la terre e del païs.’
Asez aveit sun estuveir.
Il ne demure fors le seir;
El demain aveit pris cungié.
La dame l’a mult chastié
E de bien faire amonesté;
Asez li a aveir doné.
 


A Suhtamptune vait passer;
Cum il ainz pot, se mist en mer.
A Barbefluet est arivez;
Dreit en Bretaigne en est alez.
La despendi e turneia;
As riches humes a’acuinta.
Unques ne vint en nul estur
Que l’en nel tenist al meillur.
Les povres chevaliers amot;
Ceo que des riches guaaignot
Lur donout e sis reteneit,
E mult largement despendeit.
Unques sun voel ne surjurna.
De tutes les terres de la
Porta le pris e la valur;
Mult fu curteis, mult sot d’onur.
De sa bunté e de sun pris
Vait la novele en sun païs
Que uns damisels de la terre,
Ki passa mer pur sun pris querre,
Puis a tant fet par sa pruësce,
Par sa bunté, par sa largesce,
Que cil ki nel sevent numer
L’apelouent partut Senz Per.
Milun oï celui loër
E les biens de lui recunter.
Mult ert dolenz, mult se pleigneit
Del chevalier ki tant valeit,
Que, tant cum il peüst errer
Ne turneier n’armes porter,
Ne deüst nuls del païs nez
Estre preisiez ne alosez.
D’une chose se purpensa.
Hastivement mer passera,
Si justera al chevalier
Pur lui laidir e empeirier.
Par ire se voldra cumbatre;
S’il le puet del cheval abatre,
Dune sera il en fin honiz.
Aprés irra querre sun fiz

 

 
     
  Page 5
 
 
 


Ki fors del païs est eissuz,
Mes ne saveit qu’ert devenuz.
A s’amie le fet saveir,
Cungié voleit de li aveir.
Tut sun curage li manda,
Brief e seel li enveia
Par le eigne mun esciënt:
Or li remandast sun talent!
Quant ele oï sa volenté,
Mercie l’en, si li sot gre,
Quant pur lur fiz trover e querre
Voleit eissir fors de la terre
E pur le bien de lui mustrer;
Nel voleit mie desturber.
Milun oï le mandement.
Il s’apareille richement.
En Normendie en est passez;
Puis est desqu’en Bretaigne alez.
Mult s'aquointa a plusurs genz,
Mult cercha les turneiemenz;
Riches ostels teneit sovent
E si dunot curteisement.
Tut un yver, ceo m'est a vis,
Conversa Milun el païs.
Plusurs bons chevaliers retint,
Des i qu'aprés la paske vint,
Qu'il recumencent les turneiz
E les guerres e les desreiz.
El Munt Seint Michiel s'asemblerent;
Norman e Bretun i alerent
E li Flamenc e li Franceis;
Mes n'i ot guaires des Engleis.
Milun i est alez primiers,
Ki mult esteit hardiz e fiers.
Le bon chevalier demanda.
Asez i ot ki li mustra
De quel part il esteit venuz
E ses armes e ses escuz.
Tuit l'orent a Milun mustré,
E il 1'aveit bien esguardé.

Li turneiemenz s'asembla.
Ki juste quist, tost la trova;
Ki alkes volt les rens cerchier,
Tost i pout perdre u guaaignier
En encuntrer un cumpaignun.
Tant vus vueil dire de Milun:


 


Mult le fist bien en eel estur
E mult i fu preisiez le jur.
Mes li vaslez dunt jeo vus di
Sur tuz les altres ot le cri,
Ne s'i pot nuls acumparer
De turneier ne de juster.
Milun le vit si cuntenir,
Si bien puindre e si bien ferir:
Par mi tut ceo qu'il l'enviot,
Mult li fu bel e mult li plot.
El renc se met encuntre lui,
Ensemble justerent amdui.
Milun le fiert si durement,
L'anste depiece veirement,
Mes ne l'aveit mie abatu.
Cil raveit si Milun feru
Que jus del cheval 1'abati.
Desuz la ventaille choisi
La barbe e les chevels chanuz:
Mult li pesa qu'il fu cheüz.
Par la resne le cheval prent,
Devant lui le tient en present.
Puis li a dit: 'Sire, muntez!
Mult sui dolenz e trespensez
Que nul hume de vostre eage
Deüsse faire tel ultrage.'
Milun salt sus, mult li fu bel:
El dei celui cunuist l'anel,
Quant il li rendi sun cheval.
Il araisune le vassal.
"Amis", fet il,"'a mei entent!
Pur amur deu omnipotent
di mei cument a nun tis pere!
Cum as tu nun? Ki est ta mere?
Saveir en vueil la verité!
Mult ai veü, mult ai erré,
Mult ai cerchiees altres terres
Par turneiemenz e par guerres:
Unques par colp de chevalier
Ne chaï mes de mun destrier!
Tu m'as abatu al juster:
A merveille te puis amer!"
Cil li respunt: "Jo vus dirai
De mun pere tant cum jeo'n sai.

Jeo quid qu'il est de Guales nez
E si est Milun apelez.

 

 
     
  Page 6
 
 
 


Fille a un riche hume aama;
Celeement m'i engendra.
En Norhumbre fui enveiez;
La fui nurriz e enseigniez.
Une meie ante me nurri.
Tant me guarda ensemble od li,
Cheval e armes me dona,
En ceste terre m'enveia.
Ci ai lungement conversé.
En talent ai e en pensé,
Hastivement mer passerai,
En ma cuntree m'en irrai.
Saveir vueil l'estre de mun pere
Cum il se cuntient vers ma mere.
Tel anel d'or li musterrai
E tels enseignes li dirai,
Ja ne me voldra reneier,
Ainz m'amera e tendra chier."
Quant Milun l'ot issi parler,
Il ne poeit plus esculter:
Avant sailli hastivement,
Par le pan del halberc le prent.
'E deus!' fait il, 'cum sui guariz!
Par fei, amis, tu iés mis fiz.
Pur tei trover e pur tei querre,
Eissi uan fors de ma terre.'
Quant cil l'oï, a pié descent,
Gun pere baise dulcement.
Mult bel semblant entre els faiseient
E itels paroles diseient,
Que li altre kis esguardouent
De joie e de pitié plurouent.
Quant li turneiemenz depart,
Milun s'en vet; mult li est tart
Qu'a sun fiz parolt a leisir
E qu'il li die sun plaisir.
En un ostel furent la nuit.
Asez ourent joie e deduit;
De chevaliers a grant plenté.
Milun a a sun fiz cunté
De sa mere cum il l'ama,
E cum sis pere la duna
A un barun de sa cuntree,
E cument il l’a puis amee
 


E ele lui de bon curagem
E cum del cigne fist message,
Ses letres li faiseit porter,
Ne s’osot en nului fiër.
Li fiz respunt: ‘Par fei, bels pere,
Assemblerai vus e ma mere.
Sun seignur qu’ele a ocirai
E espuser la vus ferai.’

Cele parole dunc laissierent
E el demain s’apareillierent.
Cungié pernent de lur amis,
Si s’en revunt en lur païs.
Mer passerent hastivement,
Bon oré orent e fort vent.
Si cum il erient le chemin,
Si encuntrerent un meschin.
De l’amie Milun veneit,
En Bretaigne passer voleit;
Ele l’i aveit enveié.
Ore a sun travail acurcié.
Un brief li baille enseelé.
Par parole li a cunté
Que s’en venist, ne demurast;
Morz est sis sire, or s’en hastast!
Quant Milun oï la novele,
A merveille li sembla bele.
A sun fiz l’a mustré e dit.
N’i ot essuigne ne respit;
Tant eirent que il sunt venu
Al chastel u la dame fu.
Mult par fu liee de sun fiz
Ki tant esteit pruz e gentiz.
Unc ne demanderent parent:
Senz cunseil de tute altre gent
Lur fiz amdous les asembla,
La mere a sun pere dona.
En grant bien e en grant dulçur
Vesquirent puis e nuit e jur.

De lur amur e de lur bien
Firent un lai li anciën;
A jeo ki l’ai mis en escrit
El recunter mult me delit.
 
 

Traduction en Français

Par ce lien vers Google books, vous accédez à une édition de 1820 d'un ouvrage de B. de Roquefort contenant quatorze lais attribués à Marie de France à l'époque, avec leurs traductions en français.

Les douze lais de Marie de France
(selon le manuscrit Harley 978)

Ces "Lais" sont des longs poèmes composés entre 1160 et 1180. Seul, le manuscrit Harley 978 contient les douze lais. La langue utilisée est un dialecte anglo-normand, parlé en Normandie et en Bretagne continentale, (ainsi qu'en Grande Bretagne depuis sa conquête par Guillaume le Conquérant). La personnalité de Marie de France est assez mystérieuse. Elle semble être issue d'une  famille noble d'Île de France et aurait  été reçue en tant qu'artiste à la cour du roi Henri II de Plantagenêt, (promoteur probable de la "Geste Arthurienne"). Ces textes sont en principe dans le domaine public. Nous essayons de les proposer dans une forme pratique pour en faciliter l'accès très intéressant et enrichissant dans l'étude de la langue française. 

Le Prologue spécifique aux 12 Lais
Lai de Guigemar Lai du Lanval Lai de Milon
Lai d’Equitan Lai des deus Amanz Lai du Chaitivel (Le Malheureux)
Lai du Fresne Lai de Yonec Lai du Chevrefoil (Chèvrefeuille)
Lai du Bisclavret (loup-garou) Lai du Laüstic (rossignol) Lai d’Eliduc

L'édition de 1820 de l'ouvrage de B. de Roquefort contenait quatorze lais avec leurs traductions en français. On y trouvait donc autres deux lais que l'auteur certifiait être l'œuvre de Marie de France, le Lai de Graelent, qui présente des analogies avec le Lai de Lanval, et dont l'auteur est aujourd'hui incertain, et le Lai de l'Espine, dont Monsieur Gervais de la Rue pense qu'il pourrait avoir été écrit par Guillaume-le-Normand, ce que Monsieur de Roquefort conteste formellement. Pour rendre intégralement le contenu et la portée de l'ouvrage de Mr B. de Roquefort, nous donnons les texte de ces deux lais dans la même forme que les douze précédents.

Lai de Graelent Lai de l’Espine

Retour au Florilège

Retour au cahier 26