Le Lai du Chevrefoil

Par Marie de France

     

XI. Chevrefoil - Le chèvrefeuille

 
Accès traduction en prose
 
  Page 1
 
 
 


Asez me plest e bien le voil
Del lai que hum nume Chevrefoil
Que la verité vus en cunt
(e)Ppur quei il fu fet e dunt.
Plusurs le me unt cunté e dit
E jeo l'ai trové en escrit
De Tristram e de la reïne,
De lur amur que tant fu fine,
Dunt il eurent meinte dolur,
Puis en mururent en un jur.
Li reis Marks esteit curucié,
Vers Tristram sun nevuz irié;
De sa tere le cungea
Pur la reïne qu'il ama.
En sa cuntree en est alez;
En Suhtwales, u il fu nez,
Un an demurat tut entier,
Ne t ariere repeirier;
Mes puis se mist en abandun
De mort e de destructïun.
Ne vus esmerveilliez neent:
Kar ki eime mut lëalment,
Mut est dolenz e trespensez,
Quant il nen ad ses volentez.
Tristram est dolent e pensis:
Pur ceo se met de sun païs.
En Cornvaille vait tut dreit,
La u la reïne maneit.
E
n la forest tut sul se mist,
 


Ne voleit pas que hum le veïst;
En la vespree s'en eisseit,
Quant tens de herberger esteit;
Od païsanz, od povre gent
Perneit la nuit herbergement.
Les noveles lur enquereit
Del rei cum il se cunteneit.
Ceo li dïent qu'il unt oï
Que li barun erent bani,
A Tintagel deivent venir,
Li reis i veolt sa curt tenir,
A pentecuste i serunt tuit;
Mut i avra joie e deduit,
E la reïnë i sera.
Tristram l'oï, mut se haita:
Ele ne purrat mie aler
K'il ne la veie trespasser.
Le jur que li rei fu meüz,
E Tristram est al bois venuz
Sur le chemin quë il saveit
Que la rute passer deveit,
Une codre trencha par mi,
Tute quarreie la fendi.
Quant il ad paré le bastun,
De sun cutel escrit sun nun.
Se la reïne s'aparceit,
Que mut grant gardë en perneit
Qutre feiz li fu avenu
Que si l'aveit aparceü
De sun ami bien conustra
 

 
     
  Page 2
 
 
 


Le bastun quant el le verra.
Ceo fu la summe de l'escrit
Qu'il li aveit mandé e dit:
Que lunges ot ilec esté
E atendu e surjurné
Pur espïer e pur saver
Coment il la peu&st veer,
Kar ne pot nent vivre sanz li;
D'euls deus fu il (tut) autresi
Cume del chevrefoil esteit
Ki a la codre se perneit:
Quant il s'i est laciez e pris
E tut entur le fust s'est mis,
Ensemble poënt bien durer;
Mes ki puis les volt desevrer,
Li codres muert hastivement
E li chevrefoil ensement.
«Bele amie, si est de nus:
Ne vus sanz mei, ne mei sanz vus!»
La reïne vait chevachant;
Ele esgardat tut un pendant,
Le bastun vit, bien l'aparceut,
Tutes les lettres i conut.
Les chevalers que la menoënt,
Quë ensemblë od li erroënt,
Cumanda tuz (a) arester:
Descendre vot e resposer.
Cil unt fait sun commandement.
Ele s'en vet luinz de sa gent;

 


Sa meschine apelat a sei,
Brenguein, que fu de bone fei.
Del chemin un poi s'esluina;
Dedenz le bois celui trova
Que plus l'amot que rein vivant.
Entre eus meinent joie (mut) grant.
A li parlat tut a leisir,
E ele li dit sun pleisir;
Puis li mustre cumfaitement
Del rei avrat acordement,
E que mut li aveit pesé
De ceo qu'il (l)'ot si cungïé;
Par encusement l'aveit fait.
Atant s'en part, sun ami lait;
Mes quant ceo vient al desevrer,
Dunc comenc(er)ent a plurer.
Tristram a Wales s'en rala,
Tant que sis uncles le manda.
Pur la joie qu'il ot eüe
De s'amie qu'il ot veüe
E pur ceo k'il aveit escrit,
Si cum la reïne l'ot dit,
Pur les paroles remembrer,
Tristram, ki bien saveit harper,
En aveit fet un nuvel lai;
Asez briefment le numerai:
Gotelef l'apelent en engleis,
Chevrefoil le nument Franceis.
Dit vus en ai la verité
Del lai que j'ai ici cunté.

 

 

Traduction en Français

Par ce lien vers Google books, vous accédez à une édition de 1820 d'un ouvrage de B. de Roquefort contenant quatorze lais attribués à Marie de France à l'époque, avec leurs traductions en français.

Les douze lais de Marie de France
(selon le manuscrit Harley 978)

Ces "Lais" sont des longs poèmes composés entre 1160 et 1180. Seul, le manuscrit Harley 978 contient les douze lais. La langue utilisée est un dialecte anglo-normand, parlé en Normandie et en Bretagne continentale, (ainsi qu'en Grande Bretagne depuis sa conquête par Guillaume le Conquérant). La personnalité de Marie de France est assez mystérieuse. Elle semble être issue d'une  famille noble d'Île de France et aurait  été reçue en tant qu'artiste à la cour du roi Henri II de Plantagenêt, (promoteur probable de la "Geste Arthurienne"). Ces textes sont en principe dans le domaine public. Nous essayons de les proposer dans une forme pratique pour en faciliter l'accès très intéressant et enrichissant dans l'étude de la langue française. 

Le Prologue spécifique aux 12 Lais
Lai de Guigemar Lai du Lanval Lai de Milon
Lai d’Equitan Lai des deus Amanz Lai du Chaitivel (Le Malheureux)
Lai du Fresne Lai de Yonec Lai du Chevrefoil (Chèvrefeuille)
Lai du Bisclavret (loup-garou) Lai du Laüstic (rossignol) Lai d’Eliduc

L'édition de 1820 de l'ouvrage de B. de Roquefort contenait quatorze lais avec leurs traductions en français. On y trouvait donc autres deux lais que l'auteur certifiait être l'œuvre de Marie de France, le Lai de Graelent, qui présente des analogies avec le Lai de Lanval, et dont l'auteur est aujourd'hui incertain, et le Lai de l'Espine, dont Monsieur Gervais de la Rue pense qu'il pourrait avoir été écrit par Guillaume-le-Normand, ce que Monsieur de Roquefort conteste formellement. Pour rendre intégralement le contenu et la portée de l'ouvrage de Mr B. de Roquefort, nous donnons les texte de ces deux lais dans la même forme que les douze précédents.

Lai de Graelent Lai de l’Espine

Retour au Florilège

Retour au cahier 26