Lai des deus Amanz

Par Marie de France

     

VI. Lai des deus Amanz

 
Accès traduction en prose
 
  Page 1
 
 
 


Jadis avint en Normendie
Une aventure mut oïe
De deus enfanz que s'entr'amerent;
Par amur ambedeus finerent.
Un lai en firent li Bretun:
De Deus amanz recuilt le nun.
Verité est kë en Neustrie,
Que nus apelum Normendie,
Ad un haut munt merveilles grant:
La sus gisent li dui enfant.
Pres de cel munt a une part
Par grant cunseil e par esgart
Une cité fist faire uns reis
Quë esteit sire de Pistreis;
Des Pistreins la fist il numer
E Pistre la fist apeler.
Tuz jurs ad puis duré li nuns;
Uncore i ad vile e maisuns.
Nuns savum bien de la contree,
Li vals de Pistrë est nomee.
Li reis ot une fille bele
E mut curteise dameisele.
Cunfortez fu par la meschine,
Puis que perdue ot la reïne.
Plusurs a mal li aturnerent,
Li suen meïsme le blamerent.
Quant il oï que hum en parla,
Mut fu dolent, mut li pesa;
Cumença sei a purpenser
Cument s'en purrat delivrer
Que nul sa fille ne quesist.
E luinz e pres manda e dist:
Ki sa fille vodreit aveir,
Une chose seüst de veir:
Sortit esteit e destiné,
Desur le munt fors la cité
Entre ses braz la portereit,
Si que ne se reposereit.
 


Quant la nuvelë est seüe
E par la cuntree espandue,
Asez plusurs s'i asaierent,
 

Que nule rien n'i espleiterent.
Teus i ot que tant s'esforçouent
Quë en mi le munt la portoënt;
Ne poeient avant aler,
Iloec l'esteut laissier ester.
Lung tens remist cele a doner,
Que nul ne la volt demander.
Al païs ot un damisel,
Iz a un cunte, gent e bel;
De bien faire pur aveir pris
Sur tuz autres s'est entremis.
En la curt le rei conversot,
Asez sovent i surjurnot;
E la fillë al rei ama,
E meintefeiz l'areisuna
Que ele s'amur li otriast
E par drüerie l'amast.
Pur ceo ke pruz fu e curteis
E que mut le presot li reis,
Li otria sa drüerie,
E cil humblement l'en mercie.
Ensemble parlerent sovent
E s'entr'amerent lëaument
E celerent a lur poeir,
Que hum nes puïst aparceveir.
La suffrance mut lur greva;
Mes li vallez se purpensa
Que meuz en volt les maus suffrir
Que trop haster e dunc faillir.
Mut fu pur li amer destreiz.
Puis avient si que a une feiz
Que a s'amie vient li danzeus,
Que tant est sages, pruz e beus;
Sa pleinte li mustrat e dist:
Anguissusement li requist

 
     
  Page 2
 
 
 


Que s'en alast ensemble of lui,
Ne poeit mes suffrir l'enui;
S'a sun pere la demandot,
Il saveit bien que tant l'amot
Que pas ne li vodreit doner,
Si il ne la poïst porter
Entre ses braz en sum le munt.
La damisele li respunt:
"Amis," fait ele, "jeo sai bien,
Ne m'i porterïez pur rien:
N'estes mie si vertuus.
Si jo m'en vois ensemble od vus,
Mis pere avreit e doel e ire,
Ne vivreit mie sanz martire,
Certes, tant l'eim e si l'ai chier,
Jeo nel vodreie curucier.
Autre cunseil vus estuet prendre,
Kar cest ne voil jeo pas entendre.
En Salerne ai une parente,
Riche femme, mut ad grant rente;
Plus de trente anz i ad esté.
L'art de phisike ad tant usé
Que mut est saives de mescines:
Tant cunust herbes e racines,
Si vus a li volez aler
E mes lettres od vus porter
E mustrer li vostre aventure,
Ele en prendra cunseil e cure;

Teus lettuaires vus durat
E teus beivres vus baillerat
Que tut vus recunforterunt
E bone vertu vus dufrunt.
Quant en cest païs revendrez,
A mun pere me requerez;
Il vus en tendrat pur enfatn,
Si vus dirat le cuvenant
Que a nul humme ne me durrat,
Ja cele peine n'i mettrat,
S'al munt ne me peüst porter
Entre ses braz sanz resposer."
Li vallez oï la movele
E le cunseil a la pucele;
Mut en fu liez, si l'en mercie;
Cungé demandë a s'amie,
En sa cuntree en est alez.
Hastivement s'est aturnez
 


De riches dras e de deniers,
De palefreiz e de sumers;
De ses hummes les plus privez
Al li danzeus of sei menez.
A Salerne vait surjurner,
A l'aunte s'amie parler.
De sa part li dunat un brief.
Quant el l'ot lit de chief en chief,
Ensemble od li l'a retenu
Tant que sun estre ad tut seü.
Par mescines l'ad esforcié,
Un tel beivre li ad baillié,
Ja ne serat tant travaillez
Ne si ateint ne si chargiez,
Ne li resfreschist tut le cors,
Neïs les vaines ne les os,
E qu'il nen ait tute vertu,
Si tost cum il l'avra beü.
Puis le remeine en sun païs.
Le beivre ad en un vessel mis.
Li damiseus, joius e liez,
Quant ariere fu repeiriez,
Ne surjurnat pas en la tere.

Al rei alat sa fille quere,
Qu'il li donast, il la prendreit,
En sum le munt la portereit.
Li reis ne l'en escundist mie;
Mes mut le tint a grant folie,
Pur ceo qu'il iert de jeofne eage:
Tant produme vaillant e sage
Unt asaié icel afaire
Ki n'en purent a nul chef traire.
 
Terme li ad numé e pris,
Ses hummes mande e ses amis
E tuz ceus k'il poeit aveir:
N'en i laissa nul remaneir.
Pur sa fille e pur le vallet,
Ki en avwnture se met
De li porter en sum le munt,
De tutes parz venuz i sunt.
La dameisele s'aturna:
Mut se destreint, mut jeüna
A sun manger pur alegier,
Que a sun ami voleit aidier.
Al jur quant tuz furent venu,
Li damisels primer i fu;
 

 
     
  Page 3
 
 
 


Sun beivre n'i ublia mie.
Devers Seigne en la praerie
En la grant gent tut asemblee
Li reis ad sa fille menee.
N'ot drap vestu fors la chemise;
Entre ses braz l'aveit cil prise.
La fiolete od tut sun beivre -
Bien seit que el nel vout pas deceivre -
En sa mein a porter li baille;
Mes jo creim que poi ne li vaille,
Kar n'ot en lui point de mesure.
Od li s'en veit grant aleüre,
Le munt munta de si qu'en mi.
Pur la joie qu'il ot de li
De sun beivre ne li membra.
Ele senti qu'il alassa.
"Amis," fet ele, "kar bevez!
Jeo sai bien que vus alassez:
Si recuvrez vostre vertu!"
Li damisel ad respundu:
"Bele, jo sent tut fort mun quer:
Ne m'arestereie a nul fuer
Si lungement que jeo buësse,
Pur quei treis pas aler peüsse.
Ceste gent nus escrïereient,
De lur noise m'esturdireient;
Tost me purreient desturber.

Jo ne voil pas ci arester."
Quant les deus parz fu munté sus,
Pur un petit qu'il ne chiet jus.
Sovent li prie la meschine:
"Ami, bevez vostre mescine!"
Ja ne la volt oïr ne creire;
A grant anguisse od tut li eire.
Sur le munt vint, tant se greva,
Ileoc cheï, puis ne leva;
Li quors del ventre s'en parti.

La pucele vit sun ami,
 


Quida k'il fust en paumeisuns;
Lez lui se met en genuilluns,
Sun beivre li voleit doner;
Mes il ne pout od li parler.
Issi murut cum jeo vus di.
Ele le pleint a mut haut cri;
Puis ad geté e espaundu
Li veissel u le beivre fu.
Li muns en fu bien arusez,
Mut en ad esté amendez
Tut le païs e la cuntree:
Meinte bone herbe i unt trovee,
Ki del beivrë orent racine.
Or vus dirai de la meschine:
Puis que sun ami ot perdu,
Unkes si dolente ne fu;
Lez lui se cuchë e estent,
Entre ses braz l'estreint e prent,
Suvent li baisë oilz e buche;
Li dols de lui al quor la tuche.
Ilec murut la dameisele,
Que tant ert pruz e sage e bele.
Li reis e cil kis atendeient,
Quant unt veü qu'il ne veneient,
Vunt aprés eus, sis unt trovez.
Li reis chiet a tere paumez.
Quant pot parler, grant dol demeine,
E si firent la gent foreine.

 Treis jurs les unt tenu sur tere.
Sarcu de marbre firent quere,
Les deus enfanz unt mis dedenz.
Par le cunseil de cele genz
Desur le munt les enfuïrent,
E puis atant se departirent.
Pur l'aventure des enfaunz
Ad nun li munz des Deus amanz.
Issi avint cum dit vus ai;
Li Bretun en firent un lai.
 

 

Traduction en Français

Par ce lien vers Google books, vous accédez à une édition de 1820 d'un ouvrage de B. de Roquefort contenant quatorze lais attribués à Marie de France à l'époque, avec leurs traductions en français.

Les douze lais de Marie de France
(selon le manuscrit Harley 978)

Ces "Lais" sont des longs poèmes composés entre 1160 et 1180. Seul, le manuscrit Harley 978 contient les douze lais. La langue utilisée est un dialecte anglo-normand, parlé en Normandie et en Bretagne continentale, (ainsi qu'en Grande Bretagne depuis sa conquête par Guillaume le Conquérant). La personnalité de Marie de France est assez mystérieuse. Elle semble être issue d'une  famille noble d'Île de France et aurait  été reçue en tant qu'artiste à la cour du roi Henri II de Plantagenêt, (promoteur probable de la "Geste Arthurienne"). Ces textes sont en principe dans le domaine public. Nous essayons de les proposer dans une forme pratique pour en faciliter l'accès très intéressant et enrichissant dans l'étude de la langue française. 

Le Prologue spécifique aux 12 Lais
Lai de Guigemar Lai du Lanval Lai de Milon
Lai d’Equitan Lai des deus Amanz Lai du Chaitivel (Le Malheureux)
Lai du Fresne Lai de Yonec Lai du Chevrefoil (Chèvrefeuille)
Lai du Bisclavret (loup-garou) Lai du Laüstic (rossignol) Lai d’Eliduc

L'édition de 1820 de l'ouvrage de B. de Roquefort contenait quatorze lais avec leurs traductions en français. On y trouvait donc autres deux lais que l'auteur certifiait être l'œuvre de Marie de France, le Lai de Graelent, qui présente des analogies avec le Lai de Lanval, et dont l'auteur est aujourd'hui incertain, et le Lai de l'Espine, dont Monsieur Gervais de la Rue pense qu'il pourrait avoir été écrit par Guillaume-le-Normand, ce que Monsieur de Roquefort conteste formellement. Pour rendre intégralement le contenu et la portée de l'ouvrage de Mr B. de Roquefort, nous donnons les texte de ces deux lais dans la même forme que les douze précédents.

Lai de Graelent Lai de l’Espine

Retour au Florilège

Retour au cahier 26