Le Lai du Chaitivel

Par Marie de France

     

X. Lai du Chaitivel - (ou du malheureux ou Lai des quatre dols)

 
Accès traduction en prose
 
  Page 1
 
 
 


Talent me prist de remembrer
Un lai dunt jo oï parler.
L'aventure vus en dirai
E la cité vus numerai
U il fu nez e cum ot nun.
Le Chaitivel l'apelet hum,
E si (i) ad plusurs de ceus
Ki l'apelent les quatre deuls.
En Bretaine a Nantes maneit
Une dame que mut valeit
De beauté e d'enseignement
E de tut bon affeitement.
N'ot en la tere chevalier
Qui aukes feïst a preisier,
Pur ceo que une feiz la véist,
Que ne l'amast e requéist.
El nes pot mie tuz amer
Ne ele nes vot mie tuer.
Tutes les dames de une tere
Vendreit (il) meuz d'amer requere
Que un fol de sun pan tolir;
Kar cil volt en eire ferir.
La dame fait a celui gre
De suz la bone volunté;
Purquant, s'el nes veolt oïr,
Nes deit de paroles leidir,
Mes enurer e tenir chier,
A gre servir e mercïer.
La dame dunt jo voil cunter,
Que tant fu requise de amer
Pur sa beauté, pur sa valur,
S'en entremistrent nuit e jur.
En Bretaine ot quatre baruns,
Mes jeo ne sai numer lur nuns;
Il n'aveient gueres de eé,
Mes mut erent de grant beauté
E chevalers pruz e vaillanz,
Larges, curteis e despendanz;
Mut (par) esteient de grant pris
E gentiz hummes del païs.
Icil quatres la dame amoent
E de bien fere se penoïnt:
Pur li e pur s'amur aveir
I meteit chescun sun poeir.
 


Chescun par sei la requereit
E tute sa peine i meteit;
M'i ot celui ki ne quidast
Que meuz d'autre n'i espleitast.
La dame fu de mut grant sens:
En respit mist e en purpens
Pur saver e pur demander
Li queils sereit meuz a amer.
Tant furent tuz de grant valur,
Ne epot eslire le meillur.
Ne volt les treis perdre pur l'un:
Bel semblant feseit a chescun,
Ses drueries lur donout,
Ses messages lur enveiout:
Li uns de l'autre ne saveit;
Mes departir nul new poeit;
Par bel servir e par preier
Quidot chescun meuz espleiter.
A l'assembler des chevaliers
Voleit chescun estre primers
De bien fere, si il péeust.
Pur ceo que a la dame pleust
Tuz la teneient pur amie,
Tuz portouent sa druerie,
Anel u mance u gumfanun,
E chescun escriot sun nun.
Tuz quatre les ama e tient,
Tant que aprés une paske vient,
Que devant Nantes la cité
Ot un turneiement crïé.
Pur aquointer les quatre druz,
I sunt d'autre païs venuz:
E li Franceis e li Norman
E li Flemenc e li Breban,
Li Buluineis, li Angevin
(e) Cil ki pres furent veisin;
Tuz i sunt volenters alé.
Lunc tens aveient surjurné
Al vespré del turneiement
S'entreferirent durement.
Li quatre dru furent armé
E eisserent de la cité;
Lur chevaliers viendrent aprés,
Mes sur eus quatre fu le fes. 

 
     
  Page 2
 
 
 


Cil defors les unt conéuz
As enseignes e as escuz.

Cuntre envéient chevaliers,
Deus Flamens e deus Henoiers,
Apareillez cume de puindre;
N'i ad celui ne voille juindre.
Cil les virent vers eus venir,
N'aveient talent de fuïr.
Lance baissie, a espelun,
Choisi chescun sun cumpainun.
Par tel aïr s'entreferirent
Que li quatre defors cheïrent.
Il n'eurent cure des destriers,
Ainz les laisserent estraiers;
Sur les abatuz se resturent;
Lur chevalers les succururent.
A la rescusse ot grant medlee,
Meint coup i ot feru d'espee.
La dame fu sur une tur,
Bien choisi les suens e les lur;
Ses druz i vit mut bien aidier:
Ne seit (le) queil deit plus preisier.
Li turnei(e)menz cumença,
Li reng crurent, mut espessa.
Devant la porte meintefeiz
Fu le jur mellé le turneiz.
Li quatre dru bien (le) feseient,
Si de de tuz le pris aveient,
Tant ke ceo vient a l'avesprer
Que il deveient desevrer.
Trop folement s'abaundonerent
Luinz de lur gent, sil cumpererent;
Kar li treis (i) furent ocis
E li quart nafrez e malmis
Par mi la quisse e einz al cors
Si que la lance parut fors.
A traverse furent feruz
E tuz quatre furent cheuz.
Cil ki a mort les unt nafrez
Lur escuz unt es chans getez:
Mut esteient pur eus dolent,
Nel firent pas a escïent.
La noise levat e le cri,
Unques tel doel ne fu oï.
Cil de la cité i alerent,
Unques les autres ne duterent;
 


Pur la dolur des chevaliers
I aveit iteus deus milliers
Ki lur ventaille deslacierent,
Chevoiz e barbes detraherent;
Entre eus esteit li doels communs.
Sur sun escu fu mis chescuns;
En la cité les unt porté
A la dame kis ot amé.
Desque ele sot cele aventure,
Paumee chiet a tere dure.
Quant ele vient de paumeisun,
Chescun regrette par sun nun.
«Lasse,» fet ele, «quei ferai?
Jamés haitie ne serai!
Ces quatre chevalers amoue
E chescun par sei cuveitoue;
Mut par aveit en eus granz biens;
Il m'amoent sur tute riens.
Pur lur beauté, pur lur pruesce,
Pur lur valur, pur lur largesce
Les fis d'amer (a) mei entendre;
Mes voil tuz perdre pur l'un prendre
Ne sai le queil jeo dei plus pleindre;
Mes ne (m'en) puis covrir ne feindre.
L'un vei nafré, li treis sunt mort;
N'ai rien el mund ki me confort.
Les morz ferai ensevelir,
E si li nafrez poet garir,
Volenters m'en entremetrai
E bons mires li baillerai.»
En ses chambres le fet porter;
Puis fist les autres cunreer,
A grant amur e noblement
Les aturnat e richement.
En une mut riche abeïe
Fist grant offrendre e grant partie,
La u il furent enfuï:
Deus lur face bone merci!
Sages mires aveit mandez,
Sis ad al chevalier livrez,
Ki en sa chambre jut nafrez,
Tant que a garisun est turnez.
Ele l'alot veer sovent
E cunfortout mut bonement;
Mes les autres treis regretot
E grant dolur pur eus menot.
 

 
     
  Page 3
 
 
 


Un jur d'esté aprés manger
Parlot la dame al chevaler;
De sun grant doel li remembrot:
Sun chief (e sun) vis en baissot;
Forment comencet a pen(s)er.
E il la prist a regarder,
Bien aparceit que ele pensot.
Avenaument l'areisunot:
«Dame, vus estes en esfrei!
Quei pensez vus? dites le mei!
Lessez vostre dolur ester!
Bien vus devr(ï)ez conforter.»
«Amis,» fet ele, «jeo pensoue
E voz cumpainuns remembroue.
Jamés dame de mun parage
(ja) Tant n'iert bele, pruz ne sage
Teus quatre ensemble n'amera
E en un jur si n'es perdra,
Fors vus tut sul ki nafrez fustes,
Grant paour de mort en eustes.
Pur ceo que tant vus ai amez,
Voil que mis doels seit remembrez:
De vus quatre ferai un lai,
E quatre dols vus numerai.»
Li chevalers li respundi
Hastivement, quant il l'oï:
«Dame, fetes le lai novel,
Si l'apelez le Chaitivel!
E jeo vus voil mustrer reisun
Que il deit issi aver nun:
 


Li autre sunt pieça finé
E tut le sécle unt usé,
La grant peine k'il en suffreient
De l'amur qu'il vers vus aveient;
Mes jo ki jui eschapé vif,
Tut esgaré e tut cheitif,
Ceo que al sécle puis plus amer
Vei sovent venir e aler,
Parler od mei matin e seir
Si n'en puis nule joie aveir
Ne de baisier ne d'acoler
Ne d'autre bien fors de parler.
Teus cent maus me fetes suffrir,
Meuz me vaudreit la mort tenir:
Pur c'ert li lais de mei nomez,
Le Chaitivel iert apelez.

 Ki quatre dols le numera
Sun propre nun li changera.»
«Par fei,» fet ele, «ceo m'est bel:
Or l'apelum le Chaitivel.»
Issi fu li lais comenciez
E puis parfaiz e anunciez.
Icil kil porterent avant,
Quatre dols l'apelent alquant;
Chescun des nuns bien i afiert,
Kar la matire le requiert;
Le Chaitivel ad nun en us.
Ici finist, (il) n'i ad plus;
Plus n'en oï, ne plus n'en sai,
Ne plus ne vus en cunterai.
 

 

Traduction en Français

Par ce lien vers Google books, vous accédez à une édition de 1820 d'un ouvrage de B. de Roquefort contenant quatorze lais attribués à Marie de France à l'époque, avec leurs traductions en français.

Les douze lais de Marie de France
(selon le manuscrit Harley 978)

Ces "Lais" sont des longs poèmes composés entre 1160 et 1180. Seul, le manuscrit Harley 978 contient les douze lais. La langue utilisée est un dialecte anglo-normand, parlé en Normandie et en Bretagne continentale, (ainsi qu'en Grande Bretagne depuis sa conquête par Guillaume le Conquérant). La personnalité de Marie de France est assez mystérieuse. Elle semble être issue d'une  famille noble d'Île de France et aurait  été reçue en tant qu'artiste à la cour du roi Henri II de Plantagenêt, (promoteur probable de la "Geste Arthurienne"). Ces textes sont en principe dans le domaine public. Nous essayons de les proposer dans une forme pratique pour en faciliter l'accès très intéressant et enrichissant dans l'étude de la langue française. 

Le Prologue spécifique aux 12 Lais
Lai de Guigemar Lai du Lanval Lai de Milon
Lai d’Equitan Lai des deus Amanz Lai du Chaitivel (Le Malheureux)
Lai du Fresne Lai de Yonec Lai du Chevrefoil (Chèvrefeuille)
Lai du Bisclavret (loup-garou) Lai du Laüstic (rossignol) Lai d’Eliduc

L'édition de 1820 de l'ouvrage de B. de Roquefort contenait quatorze lais avec leurs traductions en français. On y trouvait donc autres deux lais que l'auteur certifiait être l'œuvre de Marie de France, le Lai de Graelent, qui présente des analogies avec le Lai de Lanval, et dont l'auteur est aujourd'hui incertain, et le Lai de l'Espine, dont Monsieur Gervais de la Rue pense qu'il pourrait avoir été écrit par Guillaume-le-Normand, ce que Monsieur de Roquefort conteste formellement. Pour rendre intégralement le contenu et la portée de l'ouvrage de Mr B. de Roquefort, nous donnons les texte de ces deux lais dans la même forme que les douze précédents.

Lai de Graelent Lai de l’Espine

Retour au Florilège

Retour au cahier 26