Lai de Lanval

Par Marie de France

     

V. Lai de Lanval

 
Accès traduction en prose
 
  Page 1  
 


L'aventure d'un autre lai,
Cum ele avient, vus cunterai:
Fait fu d'un mut gentil vassal;
En bretans l'apelent Lanval.
A Kardoel surjurunot li reis,
Artur, li purz e li curteis,
Pur les Escoz e pur les Pis,
Que destrui[ei]ent le païs:
En la tere de Loengre entroënt
E mut suvent la damagoënt.
A la pentecuste en esté
I aveit li reis sujurné.
Asez i duna riches duns:
E as cuntes e as baruns,
A ceus de la table r[o]ünde--
N'ot tant de teus en tut le munde--
Femmes e tere departi,,
Par tut, fors un ki l'ot servi:
Ceo fu Lanval, ne l'en sovient,
Ne nul de[s] soens bien ne li tient.
Pur sa valur, pur sa largesce,
Pur sa beauté, pur sa prüesce
L'envioënt tut li plusur;
Tel li mustra semblant d'amur,
S'al chevaler mesavenist,
Ja une feiz ne l'en pleinsist.
Fiz a rei fu de haut parage,
Mes luin ert de sun heritage.
De la meisne[e] le rei fu.
Tut sun aveir ad despendu;
Kar li reis rien ne li dona,
Ne Lanval mut entrepris,
Ore est Lanval mut entrepris,
Mut est dolent e mut pensis.
Seignurs, ne vus esmerveillez:
Hume esytrange descunseillez
Mut est dolent en autre tere,
Quant il ne seit u sucurs quere.
Le chevaler dunt jeo vus di,
Que tant aveit le rei servi,
Un jur munta sur sun destrer,
Si s'est alez esbaneer.
Fors de la vilë est eissuz,
Tut sul est en un pre venuz;

Sur une ewe curaunt descent;
Mes sis cheval tremble forment:

 


Il le descengle, si s'en vait,
En mi le pre vuiltrer le lait.
Le pan de sun mantel plia,
Desuz sun chief puis le cucha.
Mut est pensis pur sa mesaise,
Il ne veit chose ke li plaise.
La u il gist en teu maniere,
Garda aval lez la riviere,
[si] Vit venir deus dameiseles,
Unc n'en ot veü[es] plus beles.
Vestues ierent richement,
Laciees mut estreitement
En deus blians de purpre bis;
Mut par aveient bel le vis.
L'eisnee portout un[s] bacins,
Doré furent, bien faiz e fins;
Le veir vus en dirai sanz faile.
L'autre portout une tuaile.
Eles s'en aunt alees dreit
La u li chevaler giseit.
Lanval, que mut fu enseigniez,
Cuntre eles s'en lavad en piez.
Celes l'unt primes salué,
Lur message li unt cunté:
«Sire Lanval, ma dameisele,
Que tant est pruz e sage e bele,
Ele nus enveie pur vus;
Kar i venez ensemble od nus!
Sauvement vus i cunduruma.
Cees, pres est li paveilluns!»
Le chevalers od eles vait;
De sun cheval ne tient nul plait,
Que devant lui pesseit al pre.
Treskë al tref l'unt amené,
Que mut fu beaus e bien asis.
La reïne Semiramis,
Quant ele ot unkes plus aveir
E plus pussaunce e plus saveir,
Ne l'emperere Octovïen
N'esligasent le destre pan.
Un aigle d'or ot desus mis;
De cel ne sai dire le pris,
Ne des cordes ne des peissuns
Que del tref tienent les giruns;
Suz ciel n'ad rei ki[s] esligast
Pur nul aver k'il i donast.
 

 
     
  Page 2
 
 
 


Dedenz cel tref fu la pucele:
Flur de lis [e] rose nuvele,
Quant ele pert al tens d'esté,
Trespassot ele de beauté.
Ele jut sur un lit mut bel
Li drap valeient un chastel
En sa chemise senglement.
Mut ot le cors bien fait e gent;
Un cher mantel de blanc hermine,
Covert de purpre alexandrine,
Ot pur le chaut sur li geté;
Tut ot descovert le costé,
Le vis, le col e la peitrine;
Plus ert blanche que flur d'espine.
Le chevaler avant ala,
E la pucele l'apela.
Il s'est devant le lit asis.
«Lanval,» fet ele, «beus amis,
Pur vus vienc jeo fors de ma tere;
De luinz vus sui venu[e] quere.
Se vus estes pruz e curteis,
Emperere ne quens ne reis
N'ot unkes tant joie ne bien;
Kar jo vus aim sur tute rien.»
Il l'esgarda, si la vit bele;
Amurs le puint de l'estencele,
Que sun quor alume e esprent.
Il li respunt avenantment.
«Bele,» fet il, «si vus pleiseit
E cele joie me aveneit
Que vus me vousissez amer,
Ne savrïez rien comander
Que jeo ne face a mien poeir,
Turt a folie u a saveir.
Jeo f[e]rai voz comandemenz,
Pur vus guerpirai tutes genz.
Jamés ne queor de vus partir:
Ceo est la rien que plus desir.»
Quant la meschine oï parler
Celui que tant la peot amer,
S'amur e sun cors li otreie.
Ore est Lanval en dreite veie!
Un dun li ad duné aprés:
Ja cele rien ne vudra mes
Quë il nen ait a sun talent;
Doinst e despende largement,
 


Ele li troverat asez.
Mut est Lanval bien herbergez:
Cum plus despendra richement,
[e] Plus avrat or e argent.
«Ami,» fet ele, «or vus chasti,
Si vus comant e si vus pri,
Ne vus descovrez a nul humme!
De ceo vus dirai ja la summe:
Aa tuz jurs m'avrïez perdue,
Se ceste amur esteit seüe;
Jamés ne me purriez veeir
Ne de mun cors seisine aveir.»
Il li respunt que bien tendra
Ceo que ele li comaundera.
Delez li s'est al lit cuchiez:
Ore est Lanval bien herbergez.
Ensemble od li la relevee
Demurat tresque a la vespree,
E plus i fust, së il poïst
E s'amie lui cunsentist.
«Amis,» fet ele, «levez sus!
Vus n'i poëz demurer plus.
Alez vus en, jeo remeindrai;
Mes un[e] chose vus dirai:
Quant vus vodrez od mei parler,
Ja ne savrez cel liu penser,
U nuls puïst aver s'amie
Sanz reproece, sanz vileinie,
Que jeo ne vus seie en present
A fere tut vostre talent;
Nul hum fors vus ne me verra
Ne ma parole nen orra.»
Quant il l'oï, mut en fu liez,
Il la baisa, puis s'est dresciez.
Celes quë al tref l'amenerent
De riches dras le cunreerent;
Quant il fu vestu de nuvel,
Suz ciel nen ot plus bel dancel;
N'esteit mie fous ne vileins.
L'ewe li donent a ses meins
E la tuaille a [es]suer;
Puis li [a]portent a manger.
Od s'amie prist le super:
Ne feseit mie a refuser.
Mut fu servi curteisement,
E il a grant joie le prent.
 

 
     
  Page 3
 
 
 


Un entremés i ot plener,
Que mut pleiseit al chevalier:
Kar s'amie baisout sovent
E acolot estreitement.
Quant del manger furent levé,
Sun cheval li unt amené;
Bien li ourent la sele mise;
Mut ad trové riche servise.
Il prent cungé, si est muntez;
Vers la cité s'en est alez.
Suvent esgarde ariere sei;
Mut est Lanval en grant esfrei;
De s'aventure vait pensaunt
E en sun curage dotaunt;
Esbaïz est, ne seit que creir[e],
Il ne la quide mie a veir[e].
Il est a sun ostel venuz;
Ses humme[s] treve bien vestuz.
Icele nuit bon estel tient;
Mes nul ne sot dunt ceo li vient.
N'ot en la vile chevalier
Ki de surjur ait grant mestier,
Quë il ne face a lui venir
E richement e bien servir.
Lanval donout les riches duns,
Lanval aquitout les prisuns,
Lanval vesteit les jugleurs,
Lanval feseit les granz honurs:
N'i ot estrange ne privé
A ki Lanval n'eüst doné.
Mut ot Lanval joie e deduit:
U seit par jur u seit par nuit,
S'amie peot veer sovent,
Tut est a sun comandement.
Ceo m'est avis, meïsmes l'an,
Aprés la feste seint Johan,
D'ici qu'a trente chevalier
S'erent alé esbanïer
En un vergier desuz la tur
U la reïne ert a surjur;
Ensemble od eus [esteit] Walwains
E sis cusins, li beaus Ywains.
E dist Walwains, li francs, li pruz,
Que tant se fist amer de tuz:
«Par Deu, seignurs, nus feimes mal
De nostre cumpainun Lanval,
 


Que tant est larges e curteis,
E sis peres est riches reis,
Que od nus ne l'avum amené.»
Atant sunt ariere turné;
A sun ostel revunt ariere,
Lanval ameinent par preere.
A une fenestre entaillie
S'esteit la reïne apuïe;
Treis dames ot ensemble od li.
La maisnie le rei choisi;
Lanval conut e esgarda.
Une des dames apela;
Par li manda ses dameiseles,
Les plus quointes [e] les plus beles:
Od li s'irrunt esbainïer
La u cil erent al vergier.
Trente en menat of li e plus;
Par les degrez descendent jus.
Les chevalers encuntre vunt,
Que pur eles grant joië unt.
Il les unt prises par les mains;
Cil parlemenz n'ert pas vilains.
Lanval s'en vait a une part,
Mut luin des autres; ceo l'est tart
Que s'amie puïst tenir,
Baiser, acoler e sentir;
L'autrui joie prise petit,
Si il nen ad le suen delit.
Quant la reïne sul le veit,
Al chevaler en va tut dreit;
Lunc lui s'asist, si l'apela,
Tut sun curage li mustre:
«Lanval, mut vus ai honuré
E mut cheri e mut amé.
Tute m'amur poëz aveir;
Kar me dites vostre voleir!
Ma drüerie vus otrei;
Mut deviz estre lié de mei.»
«Dame,» fet il, «lessez m'ester!
Jeo n'ai cure de vus amer.
Lungement ai servi le rei;
Ne li voil pas mentir ma fei.
Ja pur vus ne pur vostre amur
Ne mesf[e]rai a mun seignur.»

La reïne s'en curuça,
Irie fu, si mesparla.
 

 
     
  Page 4
 
 
 


«Lanval,» fet ele, «bien le quit,
Vuz n'amez gueres cel delit;
Asiz le m'ad hum dit sovent
Que des femmez n'avez talent.
Vallez avez bien afeitiez,
Ensemble od eus vus deduiez.
Vileins cuarz, mauveis failliz,
Mut est mi sires maubailliz
Que pres de lui vus ad suffert;
Mun escïent que Deus en pert!»
Quant il l'oï, mut fu dolent;
Del respundre ne fu pas lent.
Teu chose dist par maltalent
Dunt il se repenti sovent.
«Dame,» dist il, «de cel mestier
Ne me sai jeo nïent aidier;
Mes jo aim, [e] si sui amis
Cele ke deit aver le pris
Sur tutes celes que jeo sai.
E une chose vus dirai,
Bien le sachez a descovert:
Une de celes ke la sert,
Tute la plus povre meschine,
Vaut meuz de vus, dame reïne,
De cors, de vis e de beauté,
D'enseignement e de bunté.»
La reïne s'en part atant,
En sa chambrë en vait plurant.
Mut fu dolente e curuciee
De ceo k'il [l']out [si] avilee.
En sun lit malade cucha;
Jamés, ceo dit, ne levera,
Si li reis ne l'en feseit dreit
De ceo dunt ele se pleindreit.
Li reis fu del bois repeiriez,
Mut out le jur esté haitiez.
As chambres la reïne entre.
Quant el le vit, si se clamma;
As piez li chiet, merci [li] crie
E dit que Lanval l'ad hunie:
De drüerie la requist;
Pur ceo que ele l'en escundist,
Mut [la] laidi e avila;
De tele amie se vanta,
Que tant iert cuinte e noble e fiere
Que meuz valut sa chamberere,
 


La plus povre que tant serveit,
Que la reïne ne feseit.
Li reis s'en curuçat forment,
Juré en ad sun serement:
S'il ne s'en peot en curt defendre,
Il le ferat arder u pendre.
Fors de la chambre eissi li reis,
De ses baruns apelat treis;
Il les anveie pur Lanval,
Quë asez ad dolur e mal.
A sun ostel fu revenuz;
Il s'est[eit] bien aparceüz
Qu'il aveit perdue s'amie:
Descovert ot la drüerie.
En une chambre fu tut suls,
Pensis esteit e anguissus;
S'amie apele mut sovent,
As ceo ne li valut neent.
Il se pleigneit e suspirot,
D'ures en autres se pasmot;
Puis li crie cent feiz merci
Que ele parolt a sun ami.
Sun quor e sa buche maudit;
C'est merveille k'il ne s'ocit.
Il ne seit tant crïer ne braire
Ne debatre ne sei detraire
Que ele en veulle merci aveir
Sul tant que la puisse veeir.
Oi las, cument se cuntendra?
Cil ke li reis ci enveia,
Il sunt venu, si li unt dit
Que a la curt voise sanz respit:
Li reis l'aveit par eus mandé,
La reïne l'out encusé.
Lanval i vait od sun grant doel;
Il l'eüssent ocis sun veoil.
Il est devant le rei venu;
Mut fu dolent, taisanz e mu,
De grant dolur mustre semblant.
Li reis li dit par maltalant:

 «Vassal, vus me avez mut mesfait!
Trop començastes vilein plait
De mei hunir e aviler
E la reïne lendengier.
Vanté vus estes de folie:
Trop par est noble vostre amie,
 

 
     
  Page 5  
 


Quant plus est bele sa meschine
E plus vaillanz que la reïne.»
Lanval defent la deshonur
E la hunte de sun seignur
De mot en mot, si cum il dist,
Que la reïne ne requist;
Mes de ceo dunt il ot parlé
Reconut il la verité,
De l'amur dunt il se vanta;
Dolent en est, perdue l'a.
De ceo lur dit qu'il en ferat
Quanque la curt esgarderat.
Li reis fu mut vers lui irez;
Tuz ses hummes ad enveiez
Pur dire dreit qu'il en deit faire,
Que [hum] ne li puis[se] a mal retraire.
Cil unt sun commandement fait,
U eus seit bel, u eus seit lait.
Comunement i sunt alé
E unt jugé e esgardé
Que Lanval deit aveir un jur;
Mes plegges truisse a sun seignur
Qu'il atendra sun jugement
E revendra en sun present:
Si serat la curt esforcie[e],
Kar n'i ot dunc fors la maisne[e].
Al rei revienent li barun,
Si li mustr[er]ent la reisun.
Li reis ad plegges demandé.
Lanval fu sul e esgaré,
N'i aveit parent në ami.
Walvain i vait, ki l'a plevi,
E tuit si cumpainun aprés.
Li reis lur dit: «e jol vus les
Sur quanke vus tenez de mei,
Teres e fieus, chescun par sei.»
Quant plevi fu, dunc n'[i] ot el.
Alez s'en est a sun ostel.
Li chevaler l'unt conveé;
Mut l'unt blasmé e chastïé
K'il ne face si grant dolur,
E maudïent si fol'amur.
Chescun jur l'aloënt veer,
Pur ceo k'il voleient saveir
U il beüst, u il mangast;
Mut dotouent k'il s'afolast.
 


Al jur que cil orent numé
Li barun furent asemblé.
Li reis e la reïne i fu,
E li plegge unt Lanval rendu.
Mut furent tuz pur lui dolent:
Jeo quid k'il en i ot teus cent
Ki feïssent tut lur poeir
Pur lui sanz pleit delivre aveir;
Il iert retté a mut grant tort.
Li reis demande le recort
Sulunc le cleim e les respuns:
Ore est trestut sur les baruns.
Il sunt al jugement alé,
Mut sunt pensifs e esgaré
Del franc humme d'autre païs
Quë entre eus ert si entrepris.
Encumbrer le veulent plusur
Pur la volenté sun seignur.
Ceo dist li quoens de Cornwaille:
«Ja endreit nus n'i avra faille;
Kar ki que en plurt e ki que en chant,
Le dreit estuet aler avant.
Li reis parla vers sun vassal,
Que jeo vus oi numer Lanval;
De felunie le retta
E d'un mesfait l'acheisuna,
D'un'amur dunt il se vanta,
E ma dame s'en curuça.
Nuls ne l'apele fors le rei:
Par cele fei ke jeo vus dei,
Ki bien en veut dire le veir,
Ja n'i deüst respuns aveir,
Si pur ceo nun que a sun seignur
Deit hum par tut fairë honur.
Un serement l'engagera,
E li reis le nus pardura.
E s'il peot aver sun guarant
E s'amie venist avant
E ceo fust veir k'il en deïst,
Dunt la reïne se marist,
De ceo avra il bien merci,
Quant pur vilté nel dist de li.

 E s'il ne peot garant aveir,
Ceo li devum faire saveir:
Tut sun servise pert del rei,
E sil deit cungeer de sei.»
 

 
     
  Page 6
 
 
 


Al chevaler unt enveé,
Si li unt dit e nuntïé
Que s'amie face venir
Pur lui tencer e garentir.
Il lur dit quë il ne poeit:
Ja pur li sucurs nen avreit.
Cil s'en revunt as jugeürs,
Ki n'i atendent nul sucurs.
Li reis les hastot durement
Pur la reïne kis atent.
Quant il deveient departir,
Deus puceles virent venir
Sur deus beaus palefreiz amblaz.
Mut par esteient avenanz;
De cendal purpre sunt vestues
Tut senglement a lur char nues.
Cil les esgardent volenters.
Walwain, of lui treis chevalers,
Vait a Lanval, si li cunta,
Les deus puceles li mustra.
Mut fu haitié, forment li prie
Qu'il li deïst si c'ert [s]'amie.
Il lur ad dit ne seit ki sunt
Ne dunt vienent ne u eles vunt.
Celes sunt alees avant
Tut a cheval; par tel semblant
Descendirent devant le deis,
La u seeit Artur li reis.
Eles furent de grant beuté,
Si unt curteisement parlé:
«Reis, fai tes chambres delivrer
E de pailes encurtiner,
U ma dame puïst descendre:
Ensemble od vus veut ostel prendre.»
Il lur otria volenters,
Si appela deus chevalers:
As chambres les menerent sus.
A cele feiz ne distrent plus.
Li reis demande a ses baruns
Le jugement e les respuns

Dit que mut l'unt curucié
De ceo que tant l'unt delaié.
«Sire,» funt il, «nus departimes.
Pur les dames que nus veïmes
Nus n'i avum nul esgart fait.
Or recumencerum le plait.»
 


Dunc assemblerent tut pensif;
Asez i ot noise e estrif.
Quant il ierent en cel esfrei,
Deus puceles de gent cunrei
Vestues de deus pailes freis,
Chevauchent deus muls espanneis
Virent venir la rue aval.
Grant joie en eurent li vassal;
Entre eus dïent que ore est gariz
Lanval li pruz e li hardiz.
Yweins i est a lui alez,
Ses cumpainuns i ad menez.
«Sire,» fet il, «rehaitiez vus!
Pur amur Deu, parlez od nus!
Ici vienent deus dameiseles
Mut acemees e mut beles:
C'est vostre amie vereiment!»
Lanval respunt hastivement
E dit qu'il pas nes avuot
Ne il nes cunut ne nes amot.
Atant furent celes venues,
Devant le rei sunt descendues.
Mut les loërent li plusur
De cors, de vis e de colur;
N'i ad cele meuz ne vausist
Que unkes la reïne ne fist.
L'aisnee fu curteise e sage,
Avenantment dist sun message:
«Reis, kar nus fai chambres baillier
A oés ma dame herbergier;
Ele vient ci a tei parler.»
Il les cumandë a mener
Od les autres quë ainceis vindrent.
Unkes des muls nul plai[t] ne tindrent.
Quant il fu d'eles delivrez,
Puis ad tuz ses baruns mandez
Que le jugement seit renduz:
Trop ad le jur esté tenuz;
Le reïne s'en curuceit,
Que si lunges les atendeit.

Ja departissent a itant,
Quant par la vile vient errant
Tut a cheval une pucele,
En tut le secle n'ot plus bele.
Un blanc palefrei chevachot,
Que bel e süef la portot:

 
     
  Page 7
 
 
 


Mut ot bien fet e col e teste,
Suz ciel nen ot plus bele beste.
Riche atur ot al palefrei:
Suz ciel nen ad cunte ne rei
Ki tut [le] peüst eslegier
Sanz tere vendre u engagier.
Ele iert vestue en itel guise:
De chainsil blanc e de chemise,
Que tuz les costez li pareient,
Que de deus parz laciez esteient.
Le cors ot gent, basse la hanche,
Le col plus blanc que neif sur branche,
Les oilz ot vairs e blanc le vis,
Bele buche, neis bien asis,
Les surcilz bruns e bel le frunt
E le chef cresp e aukes blunt;
Fil d'or ne gette tel luur
Cum si chevel cuntre le jur.
Sis manteus fu de purpre bis;
Les pans en ot entur li mis.
Un espervier sur sun poin tient,
E un levrer aprés li vient.
Il n'ot al burc petit ne grant
Ne li veillard ne li enfant
Que ne l'alassent esgarder.
Si cum il la veent errer,
De sa beauté n'iert mie gas.
Ele veneit meins que le pas.
Li jugeür, que la veeient,
A [grant] merveille le teneient;
Il n'ot un sul ki l'esgardast
De dreite joie n'eschaufast.
Cil ki le chevaler amoënt
A lui vienent, si li cuntouent
De la pucele ki veneit,
Si Deu plest, quel delivereit:
«Sire cumpain, ci en vient une,
Mes el n'est pas fave ne brune;
Ceo [e]st la plus bele del mund,
De tutes celes kë i sunt.»

Lanval l'oï, sun chief dresça;
Bien la cunut, si suspira.

Li sanc li est munté al vis;
De parler fu aukes hastifs.
«Par fei,» fet il, «ceo est m'amie!
Or m'en est gueres ki m'ocie,

 


Si ele n'ad merci de mei;
Kar gariz sui, quant jeo la vei.»
La damë entra al palais;
Unques si bele n'i vient mais.
Devant le rei est dexcendue
Si que de tuz iert bien veüe.
Sun mantel ad laissié chaeir,
Que meuz la puïssent veer.
Li reis, que mut fu enseigniez,
Il s'est encuntre li dresciez,
E tuit li autre l'enurerent,
De li servir se presenterent.
Quant il l'orent bien esgardee
E sa beauté forment loëe,
Ele parla en teu mesure,
Kar de demurer nen ot cure:
«Reis, j'ai amé un tuen vassal:
Veez le ci! ceo est Lanval!
Acheisuné fu en ta curt
Ne vuil mie que a mal li turt
De ceo qu'il dist; ceo sachez tu
Que la reïne ad tort eü:
Unques nul jur ne la requist.
De la vantance kë il fist,
Si par me peot estre aquitez,
Par voz baruns seit delivrez!»
Ceo qu'il en jugerunt par dreit
Li reis otrie ke issi seit.
N'i ad un sul que n'ait jugié
Que Lanval ad tut desrainié.
Delivrez est par lur esgart,
E la pucele s'en depart.
Ne la peot li reis retenir;
Asez gent ot a li servir.
Fors de la sale aveient mis
Un grant perrun de marbre bis,

Lanval esteit munté desus.
Quant le pucele ist fors a l'us,

Sur le palefrei detriers li
De plain eslais Lanval sailli.
Od li s'en vait en Avalun,
Ceo nus recuntent li Bretun,
En un isle que mut est beaus;
La fu ravi li dameiseaus.
Nul hum n'en oï plus parler,
Ne jeo n'en sai avant cunter.

 

Traduction en Français

Par ce lien vers Google books, vous accédez à une édition de 1820 d'un ouvrage de B. de Roquefort contenant quatorze lais attribués à Marie de France à l'époque, avec leurs traductions en français.

Les douze lais de Marie de France
(selon le manuscrit Harley 978)

Ces "Lais" sont des longs poèmes composés entre 1160 et 1180. Seul, le manuscrit Harley 978 contient les douze lais. La langue utilisée est un dialecte anglo-normand, parlé en Normandie et en Bretagne continentale, (ainsi qu'en Grande Bretagne depuis sa conquête par Guillaume le Conquérant). La personnalité de Marie de France est assez mystérieuse. Elle semble être issue d'une  famille noble d'Île de France et aurait  été reçue en tant qu'artiste à la cour du roi Henri II de Plantagenêt, (promoteur probable de la "Geste Arthurienne"). Ces textes sont en principe dans le domaine public. Nous essayons de les proposer dans une forme pratique pour en faciliter l'accès très intéressant et enrichissant dans l'étude de la langue française. 

Le Prologue spécifique aux 12 Lais
Lai de Guigemar Lai du Lanval Lai de Milon
Lai d’Equitan Lai des deus Amanz Lai du Chaitivel (Le Malheureux)
Lai du Fresne Lai de Yonec Lai du Chevrefoil (Chèvrefeuille)
Lai du Bisclavret (loup-garou) Lai du Laüstic (rossignol) Lai d’Eliduc

L'édition de 1820 de l'ouvrage de B. de Roquefort contenait quatorze lais avec leurs traductions en français. On y trouvait donc autres deux lais que l'auteur certifiait être l'œuvre de Marie de France, le Lai de Graelent, qui présente des analogies avec le Lai de Lanval, et dont l'auteur est aujourd'hui incertain, et le Lai de l'Espine, dont Monsieur Gervais de la Rue pense qu'il pourrait avoir été écrit par Guillaume-le-Normand, ce que Monsieur de Roquefort conteste formellement. Pour rendre intégralement le contenu et la portée de l'ouvrage de Mr B. de Roquefort, nous donnons les texte de ces deux lais dans la même forme que les douze précédents.

Lai de Graelent Lai de l’Espine

Retour au Florilège

Retour au cahier 26

u