Le Lai d'Eliduc

Par Marie de France

     

XII. Lai d'Eliduc

 
Accès traduction en prose
 
  Page 1
 
 
 


De un mut ancïen lai bretun
Le cunte e tute la reisun
Vus dirai, si cum jeo entent
La verité, mun escïent.
En Britaine ot un chevalier
Pruz e curteis, hardi e fier ;
Elidus ot nun, ceo m'est vis,
N'ot si vaillant hume al païs.
Femme ot espuse, noble e sage,
De haute gent, de grant parage.
E vit le lit a la pucele,
Mut s'entr'amerent lëaument ;
Mes puis avient par une guere
Quë il alat soudees quere :
Iloc ama une meschine,
Fille ert a rei e a reïne.
Guilliadun ot nun la pucele,
El rëaume nen ot plus bele.
La femme resteit apelee
Guildelüec en sa cuntree.
D'eles deus ad li lai a nun
Guildelüec ha Gualadun.
Elidus fu primes nomez,
Mes ore est li nuns remüez,
Kar des dames est avenue.
L'aventure dunt li lais fu,
Si cum avient, vus cunterai,
La verité vus en dirrai.

Elidus aveit un seignur,
Reis de Brutaine la meinur,
Que mut l'amot e cherisseit,
E il lëaument le serveit.
U que li reis deüst errer,
Il aveit la tere a garder;
Pur sa prüesce le retint.
Pur tant de meuz mut li avint :
Par les forez poeit chacier ;
N'i ot si hardi forestier
Ki cuntredire li osast
Ne ja une feiz en grusçast.
Pur l'envie del bien de lui,
Si cum avient sovent d'autrui,
Esteit a sun seignur medlez
(e) Empeirez e encusez,
Que de la curt le cungea
Sanz ceo qu'il ne l'areisuna.

Eliducs ne saveit pur quei.

 


Soventefiez requist le rei
Qu'il excundist de lui preïst
E que losenge ne creïst,
Mut l'aveit volenters servi ;
Mes li rei ne li respundi.
Quant il nel volt de rien oïr,
Si l'en covient idunc partir.
A sa mesun en est alez,
Si ad tuz ses amis mandez;
Del rei sun seignur lur mustra
E de l'ire que vers lui a ;
Mut li servi a sun poeir,
Ja ne deüst maugré aveir.
Li vileins dit par reprover,
Quant tencë a sun charïer,
Que amur deeignur n'est pas fiez.
Sil est sages e vedzïez
Ki lëauté tient sun seignur,
Envers ses bons veisins amur.
Ne volt al païs arester,
Ainz passera, ceo dit, la mer,
Al rëaume de Loengre ira,
Une piece se deduira;
Sa femme en la tere larra,
A ses hummes cumandera
Quë il la gardent lëaument
E tuit si ami ensement.
A cel cunseil s'est arestez,
Si s'est richement aturnez.
Mut furent dolent si ami
Pur ceo ke de eus se departi.
Dis chevalers od sei mena,
E sa femme le cunvea;
Forment demeine grant dolur
Al departie (de) sun seignur ;
Mes il l'aseürat de sei
Qu'il li porterat bone fei.
De lui se departi atant,
Il tient sun chemin tut avant ;
A la mer vient, si est passez,
En Toteneis est arivez.
Plusurs reis (i) ot en la tere,
Entre eus eurent estrif e guere.
Vers Excestrë en cel païs
Maneit un hum mut poëstis,
Vieuz hum e auntïen esteit.

Karnel heir madle nen aveit ;
Une fille ot a merïer.

 
     
  Page 2
 
 
 


Pur ceo l'il ne la volt doner
A sun per, cil le guerriot,
Tute sa tere si gastot.
En un chastel l'aveit enclos ;
N'ot el chastel hume si os
Ki cuntre lui osast eissir
Estur ne mellee tenir.
Elidus en oï parler;
Ne voleit mes a vant aler,
Quant iloc ad guere trovee ;
Remaner volt en la cuntree.
Li reis ki plus esteit grevez
E damagiez e encumbrez
Vodrat aider a sun poeir
E en soudees remaneir.
Ses messages i enveia
E par ses lettres li manda
Que de sun païs iert eissuz
E en s'aïe esteit venuz ;
Mes li (re)mandast sun pleisir,
E s'il nel voleit retenir,
Cunduit li donast par sa tere ;
Avant ireit soudees quere.
Quant li reis vit les messagers,
Mut les ama e (mut) ot chers ;
Sun cunestable ad apelez
E hastivement comandez
Que cunduit li appareillast
(e) Ke le barun amenast,
Si face osteus appareiller
U il puïssent herberger,
Tant lur face livrer e rendre
Cum il codrunt le meis despendre.
Li cunduit fu appareillez
E pur Eliduc enveiez.
A grant honur fu receüz,
Mut par fu bien al rei venuz.
Sun ostel fu chiés un burgeis,
Que mut fu sagë e curteis ;
Sa bele chambre encrutinee
Li ad li ostes delivree.
Eliduc se fist bien servir ;
A sun manger feseit venir
Les chevalers mesaeisez
Quë al burc erent herbergez.
A tuz ses hummes defendi
Que n'i eüst nul si hardi
Que des quarante jurs primers
 


Ppreïst livreisun ne deners.
Al terz jur qu'il ot surjurné
Li criz leva en la cité
Que lur enemi sunt venu
E par la cuntree espandu ;
Ja vodrunt la vile asaillir
E de si ke as portes venir.
Eliduc ad la noise oïe
De la gent ki est esturdie.
Il s'est armé, plus n'i atent,
E si cumpainuns ensement.
Quatorze chevalers muntant
Ot en la vile surjurnant
Plusurs en i aveit nafrez
E des prisuns i ot asez
Cil virent Eliduc munter ;
Par les osteus se vunt armer,
Fors de la porte of lui eissirent,
Que sumunse n'i atendirent.
"Sire," funt il, "od vus irum
E ceo que vus ferez ferum!"
Il lur respunt: "vostre merci!
Avreit i nul de vus ici
Ki maupas u destreit seüst,
U l'um encumbrer les peüst ?
Si nus ici les atendums,
Peot cel estre, nus justerums ;
Mes ceo n'ateint a nul espleit,
Ki autre cunseil en sav(r)eit."
Cil li dïent: "sire, par fei,
Pres de cel bois en cel ristei
La ad une estreite charriere,
Par unt il repeirent ariere ;
Quant il avrunt fet lur eschec,
Si returnerunt par ilec;
Desarmez sur lur palefrez
S'en revunt (il) soventefez,
Si se mettent en aventure
Cume de murir a dreiture".
Bien tost les purreit damagier
E eus laidier e empeirier.
Elidus lur ad dit: "amis,
La meie fei vus en plevis :

Ki en tel liu ne va suvent
U il quide perdre a scïent,
Ja gueres ne gaainera
Në en grant pris ne muntera.

 Vus estes tuz hummes le rei,
 

 
     
  Page 3
 
 
 


Si li devez porter grant fei.
Venez od mei la u j'irai,
Si fetes ceo que jeo ferai!
Jo vus asseür lëaument,
Ja n'i avrez encumbrement,
Pur atant cume jo puis aidier.
Si nus poüm rien gaainier,
Ceo nus iert turné a grant pris
De damagier noz enemis."
Icil unt pris la seütré,
Si l'unt de si que al bois mené;
Pres del chemin sunt enbuschié,
Tant que cil se sunt repeirié.
Elidus lur ad tut mustré
E enseignié e devisé
De queil manere a eus puindrunt
E cum il les escrïerunt.
Quant al destreit furent entrez,
Elidus les ad escrïez.
Tuz apela ses cumpainuns,
De bien faire les ad sumuns.
Il i ferirent durement
(ne) Nes esparnierent nïent.
Cil esteient tut esbaï,
Tost furent rut e departi,
En poi de hure furent vencu.
Lur cunestable unt retenu
E tant des autres chevaliers
Tuit en chargent lur esquïers
Vint e cinc furent cil de ça,
Trente en pristrent de ceus de la.
Del herneis pristrent a espleit,
Merveillus gaain i unt feit.
Ariere s'en (re)vunt tut lié:
Mut aveient bien espleitié.
Li reis esteit sur une tur,
De ses hummes ad grant poür;
De Eliduc forment se pleigneit,
Kar il quidout e (si) cremeit
Quë il eit mis en abandun
Ses chevaliers par traïsun.
Cil s'en vienent tut aruté
(e) Tut chargié e tut trussé.
Mut furent plus al revenir
Qu'il n'esteient al fors eissir:
Par ceo les descunut li reis,
Si fu en dute e en suspeis.
 


Les portes cumande a fermer
E les genz sur les murs munter
Pur traire a eus e pur lancier;
Mes (il) n'en avrunt nul mester.
Cil eurent enveié avant
Un esquïer esperunant,
Que l'aventure lur mustra
E del soudeür li cunta,
Cum il ot ceus de la vencuz
E cum il s'esteit cuntenuz;
Unques tel chevalier ne fu;
Lur cunestable ad retenu
E vint e noef des autres pris
E muz nafrez a muz ocis.
Li reis, quant la novele oï,
A merveille s'en esjoï.
Jus de la tur est descenduz
E encuntre Eliduc venuz.
De sun bienfait le mercia,
E il les prisuns li livra.
As autres depart le herneis,
A sun eos ne retient que treis
Chevals ke li erent loé;
Tut ad departi e duné,
La sue part dommunement,
As prisuns e a l'autre gent.
Aprés cel fet que jeo vus di,
Mut l'amat li reis e cheri.
Un an entier l'ad retenu
E ceus ki sunt of lui venu,
La fiance de lui en prist;
De sa tere gardein en fist.
Eliduc fu curteis e sage,
Beau chevaler (e) pruz e large.
La fille al rei l'oï numer
E les biens de lui recunter.
Par un suen chamberlenc privé
L'ad requis, prïé e mandé
Que a li venist esbanïer
E parler e bien acuinter;
Mut durement s'esmerveillot
Quë il a li ne repeirot.
Eliduc respunt qu'il irrat,
Volenters s'i acuinterat.

 Il est munté sur sun destrier,
Od lui mena un chevalier;
A la pucele veit parler.
 

 
     
  Page 4
 
 
 


Quant en la chambre dut entrer,
Le chamberlenc enveit avant.
Cil s'alat aukes entargant,
De ci que cil revient ariere.
Od duz semblant, od simple chere,
Od mut noble cuntenement
Parla mut afeit(ï)ement
E merciat la dameisele,
Guilliadun, que mut fu bele,
De ceo que li plot a mander
Quë il venist a li parler.
Cele l'aveit par la mein pris,
Desur un lit erent asis;
De plusurs choses unt parlé.
Icele l'ad mut esgardé,
Sun vis, sun cors e sun semblant;
Dit en lui n'at mesavenant,
Forment le prise en sun curage.
Amurs i lance sun message,
Que la somunt de lui amer;
Palir la fist e suspirer,
Mes nel volt mettrë a reisun,
Qu'il n eli turt a mesprisun.
Une grant piece i demura;
Puis prist cungé, si s'en ala;
El li duna mut a enviz,
Mes nepurquant s'en est partiz,
A sun ostel s'en est alez.
Tut est murnes e trespensez,
Pur la belë est en esfrei,
La fille sun seignur le rei,
Que tant ducement l'apela,
E de ceo ke ele suspira.
Mut par se tient a entrepris
Que tant ad esté al païs,
Que ne l'n ad veüe sovent.
Quant ceo ot dit, si se repent:
De sa femme li remembra
E cum il li asseüra
Que bone fei li portereit
E lëaument se cuntendreit.
La pucele ki l'ot veü
Vodra de lui fere sun dru.
Unques mes tant nul ne preisa;
Si ele peot, sil retendra.
Tute la nuit veillat issi,
 


Ne resposa ne ne dormi.
Al demain est matin levee,
A une fenestre est ale(e);
Sun chamberlenc ad apelé,
Tut sun estre li ad mustré.
"Par fei," fet ele, "mal m'esteit!
Jo sui cheï'en mauvés pleit:
Jeo aim le novel soudeer,
Elid, li bon chevaler.
Unques anuit nen oi repos
Ne pur dormir les oilz ne clos.
Si par amur me veut amer
E de sun cors asseürer,
Jeo ferai trestut sun pleisir,
Si l'en peot grant bien avenir:
De ceste tere serat reis.
Tant par est sages e curteis,
Que, s'il ne m'aime par amur,
Murir n'estuet a grant dolur."
Quant ele ot dit ceo ke li plot,
Li chamberlenc que ele apelot
Li ad duné cunseil leal;
Ne li deit hum turner a mal.
"Dame," fet il, "quant vus l amez,
Enveez i, si li mandez;
Ceinturë u laz u anel
Enveiez li, si li ert bel.
Si il le receit bonement
E joius seit del mandement,
Seür(e) seez de s'amur!
Il n'ad suz ciel empereür,
Si vus amer le volïez,
Que mut n'en deüst estre liez."
La dameisele respundi,
Quant le cunseil de lui oï:
"Coment savrai par mun present
S'il ad de mei amer talent.
Jeo ne vi unques chevalier
Ki se feïst de ceo preier,
Si il amast u il haïst,
Que volenters ne retenist
Cel present ke hum li enveast.

Mut harreie k'il me gabast.
Mes nepurquant pur le semblant
Peot l'um conustre li alquant.
Aturnez vus e si alez!"
 

 
     
  Page 5
 
 
 


"Jeo sui," fet il, "tut aturnez."
"Un anel de or li porterez
E ma ceinture li durez!
Mil feiz le me salüerez."
Li chamberlenc s'en est turnez.
Ele remeint en teu manere,
Pur poi ne l'apelet arere;
E nekedent le lait aler,
Si se cumence a dementer:
"Lasse, cum est mis quors suspris
Pur un humme de autre païs!
Ne sai s'il est de haute gent,
Si s'en irat hastivement;
Jeo remeindrai cume dolente.
Folement ai mise m'entente.
Unques mes ne parlai fors ier,
E or le faz de amer preier.
Jeo quid kë il me blamera;
S'il est curteis, gre me savra;
Ore est del tut en aventure.
E si il n'ad de m'amucure,
Mut me tendrai (a) maubaille;
Jamés n'avrai joie en ma vie."
Tant cum ele se demanta,
Li chamberlenc mut se hasta.
A Eliduc esteit venuz,
A cunseil li ad dit saluz
Que la pucele li mandot,
A l'anelet li presentot,
La ceinture li ad donee;
Li chevalier l'ad mercïee.
L'anelet d'or mist en sun dei,
La ceinture ceint entur sei;
Ne li vadlet plus ne li dist,
Në il nïent ne li requist
Fors tant que de(l) suen li offri.
cil n'en prist rien, si est parti;
A sa dameisele reva,
Edenz sa chambre la trova;
De part celui la salua
E del present la mercia.
"Diva!" fet el, "nel me celer!
Veut il mei par amurs amer?"
Il li respunt: "ceo m'est avis:
Li chevalier n'est pas jolis;
Jeol tienc a curteis e a sage,
Que bien seit celer sun curage.
 


De vostre part le saluai
E voz aveirs li presentai.
De vostre ceinture se ceint,
Par mi les flancs bine s'en estreint,
E l'anelet mist en sun dei.
Ne li dis plus në il a mei."
"Nel receut il pur drüerie?
Peot cel estre, jeo sui traïe."
Cil li ad dit: "par fei, ne sai.
Ore oëz ceo ke jeo dirai:
S'il ne vus vosist mut grant bien,
Il ne vosist del vostre rien."
"Tu paroles," fet ele, "en gas!
Jeo sai bien qu'il ne me heit pas.
Unc ne li forfis de nïent,
Fors tant que jeo l'aim durement;
E si pur tant me veut haïr,
Dunc est il digne de murir.
Jamés par tei ne par autrui,
De si que jeo paroge a lui,
Ne li vodrai rien demander;
Jeo meïsmes li voil mustrer
Cum l'amur de lui me destreint.
Mes jeo ne sai si il remeint."
Li chamberlenc ad respundu:
"Dame, li reis l'ad retenu
Desque a un an par serement
Qu'il li servirat lëaument.
Asez purrez aver leisir
De mustrer lui vostre pleisir."
Quant ele oï qu'il remaneit,
Mut durement s'en esjoieit;
Mut esteit lee del sujur.
Ne saveit nent de la dolur
U il esteit, puis que il la vit:
Unques n'ot joie ne delit,
Fors tant cum il pensa de li.
Mut se teneit a maubailli;
Kar a sa femme aveit premis,
Ainz qu'il turnast de sun païs,
Quë il n'amereit si li nun.
Ore est sis quors en grant prisun.
Sa lëauté voleit garder;
Mes ne s'en peot nïent oster
Quë il nen eimt la dameisele,
Guilliadun, que tant fu bele,
De li veer e de parler
 

 
     
  Page 6
 
 
 


E de baiser e de acoler;
Mes ja ne li querra amur
Ke li (a)turt a deshonur,
Tant pur sa femme garder fei,
Tant pur ceo qu'il est od le rei.
En grant peine fu Elidus.
Il est munté, ne targe plus;
Ses cumpainuns apele (a) sei.
Al chastel vet parler al rei;
La pucele verra s'il peot:
C'est l'acheisun pur quei s'esmeot.
Li reis est del manger levez,
As chambres sa fille est entrez.
As eschés cumence a jüer
A un chevaler de utre mer;
De l'autre part de l'escheker
Deveit sa fillë enseigner.
Elidus est alez avant;
Le reis li fist mut bel semblant,
Dejuste lui seer le fist.
Sa fille apele, si li dist:
"Dameisele, a cest chevaler
Vus devrïez ben aquinter
E fere lui mut grant homur;
Entre cinc cenz nen ad meillur."
Quant la meschine ot escuté
Ceo que sis sire ot cumandé,
Mut en fu lee la pucele.
Descie s'est, celui apele.
Luinz des autres se sunt asis;
Amdui erent de amur espris.
El ne l'osot areisuner,
E il dutë a li parler,
Fors tant kë il la mercia
Del present que el li enveia:
Unques mes n'ot aveir si chier.
Ele respunt al chevalier
Que de ceo li esteit mut bel,
E pur ceo l'enveat l'anel
E la ceinturë autresi,
Que de sun cors l'aveit seisi;
Ele l'amat de tel amur,
De lui volt faire sun seignur;
E s'ele ne peot lui aveir,
Une chose sace de veir:
Jamés n'avra humme vivant.
Or li redie sun talant!
"Dame," fet il, "grant gre vus sai


De vostre amur, grant joie en ai;
Quant vus tant me avez preisié,
Durement en dei estre lié;
Ne remeindrat pas endreit mei.
Un an sui remis od le rei;
La fiancë ad de mei prise,
N'en partirai en nule guise
De si que sa guere ait finee.
Puis m'en irai en ma cuntree;
Kar ne voil mei remaneir,
Si cungé pous de vus aveir."
La pucele li respundi:
"Amis, la vostre grant merci!
Tant estes sages e curteis,
Bien avrez purveü ainceis
Quei vus vodriez fere de mei.
Sur tute rien vus aim e crie."
Bien s'esteent aseüré;
A cele feiz n'unt plus parlé.
A sun ostel Eliduc vet;
Mut est joius, mut ad bien fet:
Sovent peot parler od s'amie,
Grant est entre eus la drüerie.
Tant s'est de la guere entremis
Qu'il aveit retenu e pris
Celui ki le rei guerreia,
E tute la tere aquita.
Mut fu preisez par sa prüesce,
Par sun sen e par sa largesce;
Mut li esteit bien avenu.
Dedenz le terme ke ceo fu,
Ses sires l'otnveé quere
Treis messages fors de la tere:
Mut ert grevez e damagiez
E encumbrez e empeiriez;
Tuz ses chasteus alot perdant
E tute sa tere guastant.
Mut s'esteit sovent repentiz
Quë il de lui esteit partiz;

Mal cunseil en aveit eü
E malement l'aveit veü.
Les traïturs ki l'encuserent
E empeirent e medlerent
Aveit jeté fors del païs
E en eissil a tuz jurs mis.

 Par sun grant busuin le mandot
E sumeneit e conjurot

 

 
     
  Page 7
 
 
 


Par l'aliance qu'il li fist,
Quant il l'umage de lui prist,
Que s'en venist pur lui aider;
Kar mut en aveit grant mester.
Eliduc oï la novele.
Mut li pesa pur la pucele;
Kar anguissusement l'amot
E ele lui ke plus ne pot.
Mes n'ot entre eus nule folie,
Ne jolité ne vileinie:
De douneer e de parler
E de lur beaus aveirs doner
Esteit tute la drüerie
Par maur en lur cumpainie.
Ceo fu s'entente e sun espeir:
El le quidot del tut aveir
E retenir, s'ele peüst;
Ne saveit pas que femme eüst.
"Allas!" fet il, !mal ai erré!
Trop ai en cest païs esté!
Mar vi unkes ceste cuntree!
Une meschine i ai amee,
Guilliadun, la fille al rei,
Mut durement e ele mei.
Quant si de li m'estuet partir,
Un de nus (deus) estuet murir
U ambedeus, estre ceo peot.
E nepurquant aler m'esteot;
Mis sires m'ad par bref mandé
E par serement conjuré
E ma femme d(e l)'autre part.
Or me covient que jeo me gart!
Jeo ne puis mie remaneir,
Ainz m'en irai par estuveir.
S'a m'amie esteie espusez,
Nel suff(e)reit crestïentez.
De tutes parz va malement;
Deu, tant est dur le partement!
Mes ki k'il turt a mesprisun,
Vers li ferai tuz jurs raisun;
Tute sa volenté ferai
E par sun cunseil err(er)ai.
Li reis, sis sire ad bone peis,
Ne qui que nul le guerreit meis.
Pur le busuin de mun seignur

Querrai cungé devant le jur
 


Que mes termes esteit asis
Kë od lui sereie al païs.
A la pucele irai parler
E tut mun afere mustrer;
Ele me dirat sun voler,
E jol ferai a mun poër."
Li chevaler n'ad plus targié,
Al rei veit prendre le cungié.
L'aventure li cunte e dit,
Le brief li ad mustré e lit
Que sis sires li enveia,
Que par destresce le manda.
Li reis oï le mandement
E qu'il ne remeindra nïent;
Mut est dolent e trespensez.
Del suen li ad offert asez,
La terce part de s'herité
E sun tresur abaundoné;
Pur remaneir tant li fera
Dunt a tuz jurs le loëra.
"Par Deu," fet il, "a ceste feiz,
Puis que mis sires est destreiz
E il m'ad mandé de si loin,
Jo m'en irai pur sun busoin;
Ne remeindrai en nule guise.
S'avez mester de mun servise,
A vus revendrai volenters
Od grant esforz de chevalers."
De ceo l'ad li reis mercïé
E bonement cungé doné.
Tuz les aveirs de sa meisun
li met li reis en (a)baundun,
Or e argent, chiens e chevaus
(e) Dras de seie bons e beaus.
Il en prist mesurablement;
Puis li ad dit avenantment
Que a sa fille parler ireit
Mut volenters, si lui pleseit.
Li reis respunt: "Ceo m'est mut bel."
Avant enveit un dameisel
Que l'us de la chambrë ovri.
Elidus vet parler od li.

Quant el le vit, si l'apela
E sis mil feiz le salua.
De sun afere cunseil prent,
Sun eire li mustre briefment.

 
     
  Page 8
 
 
 


Ainz qu'il li eüst tut mustré
Ne cungé pris ne demandé,
Se pauma ele de dolur
E perdi tute sa culur.
Quant Eliduc la veit paumer,
Si se cumence a desmenter;
La buche li baise sovent
E si plure mut tendrement;
Entre ses braz la prist e tient,
Tant que de paumeisuns revient.
"Par Deu," fet il, "ma duce amie,
Sufrez un poi ke jo vus die:
Vus estes ma vie e ma mort,
En vus est (tres)tut mun confort!
Pur ceo preng jeo cunseil de vus
Que fiancë ad entre nus.
Pur busuin vois en mun païs;
A vostre pere ai cungé pris.
Mes jeo ferai vostre pleisir,
Que ke me deivë avenir."
"Od vus," fet ele, "me amenez,
Puis que remaneir ne volez!
U si ceo nun, jeo me ocirai;
Jamés joie ne bien ne avrai."
Eliduc respunt par duçur
Que mut l'amot de bon'amur:
"Bele, jeo sui par serement
A vostre pere veirement--
Si jeo vus en menoe od mei,
Jeo li mentireie ma fei--
De si k'al terme ki fu mis.
Lëaument vus jur e plevis:
Si cungé me volez doner
E respit mettre e jur nomer,
Si vus volez que jeo revienge,
N'est rien al mund que me retienge,
Pur ceo que seie vis e seins;
Ma vie est tute entre voz meins."
Celë ot de lui grant amur;
Terme li dune e nume jur
De venir e pur li mener.
Grant doel firent al desevrer,
Lur anels d'or s'entrechangerent
E decement s'entrebaiserent.
Il est desque a la mer alez;
Bon ot le vent, tost est passez.

Quant Eliduc est repeirez,


Sis sires est joius e liez
E si ami e si parent
E li autre communement,
E sa bone femme sur tuz,
Que mut est bele, sage e pruz.
Mes il esteit tuz jurs pensis
Pur l'amur dunt il ert suspris:
Unques pur rien quë il veïst
Joie ne bel semblant ne fist,
Ne jamés joie nen avra
De si que s'amie verra.
Mut se cuntient sutivement.
Sa femme en ot le queor dolent,
Ne sot mie quei ceo deveit;
A sei meïsmes se pleigneit.
Ele lui demandot suvent
S'il ot oï de nule gent
Que ele eüst mesfet u mespris,
Tant cum il fu hors del païs;
Volenters s'en esdrescera
Devant sa gent, quant li plarra.
"Dame," fet il, "nent ne vus ret
De mesprisun ne de mesfet.
Mes al païs u j'ai esté
Ai al rei plevi e juré
Que jeo dei a lui repeirer;
Kar de mei ad (il) grant mester.
Si li rei mis sire aveit peis,
Ne remeindreie oit jurs aprés.
Grant travail m'estuvra suffrir,
Ainz que jeo puisse revenir.
Ja, de si que revenu seie,
N'avrai joie de rein que veie;
Kar ne voil ma fei trespasser."
Atant le lest la dame ester.
Eliduc od sun seignur fu;
Mut li ad aidé e valu:
Par le cunseil de lui errot
E tute la tere gardot.
Mes quatn li termes apreça
Que la pucele li numa,
De pais fere s'est entremis;
Tuz acorda ses enemis.
Puis s'est appareillé de errer
E queil gent il vodra mener.

Deus ses nevuz qu'il mut ama
E un suen chamberlenc mena
 

 
     
  Page 9
 
 
 


Cil ot de lur cunseil esté
E le message aveit porté--
E ses esquïers sulement;
Il nen ot cure d'autre gent.
A ceus fist plevir e jurer
De tut sun afaire celer.
En mer se mist, plus n'i atent;
Utre furent hastivement.
En la cuntree est arivez,
U il esteit plus desirez.
Eliduc fu mut veizïez:
Luin des hafnes s'est herbergez;
Ne voleit mie estre veüz
Ne trovez ne recuneüz.
Sun chamberlenc appareilla
E a s'amie l'enveia,
Si li manda que venuz fu,
Bien ad sun cuvenant tenu;
La nuit, quant tut fu avespre,
El s'en istra de la cité;
Li chamberlenc od li ira,
E il encuntre li sera.
Cil aveit tuz changié ses dras;
A pié s'en vet trestut le pas,
A la cité ala tut dreit,
U la fille le rei esteit.
Tant aveit purchacié e quis
Que dedenz la chambre s'est mis.
A la pucele dist saluz
E que sis amis est venuz.
Quant ele ad la novele oïe,
Tute murnë e esbaïe,
De joie plure tendrement
E celui ad baisé suvent.
Il li ad dit que a l'(a)vesprer
L'en estuvrat od lui aler.
Tut le jur unt issi esté
E lur eire bien devisé.
La nuit, quant tut fu aseri,
De la vile s'en sunt parti
Li dameisel e ele od lui,
E ne furent mais (que) il dui.
Grant poür ad ke hum ne la veie.
Vestue fu de un drap de seie,
Menuement a or brosdé,
E un curt mantel afublé.
Luinz de la porte al trait de un arc
La ot un bois clos de un bel parc;
 


Suz le paliz les atendeit
Sis amis, ki pur li veneit.
Li chamberlenc la l'amena,
E il descent, si la baisa.
Grant joie funt a l'assembler.
Sur un cheval la fist munter,
E il munta, sa reisne prent;
Od li s'en vet hastivement.
Al hafne vient a Toteneis,
En la nef entrent demaneis;
N'i ot humme si les suens nun
E s'amie Guilliadun.
Bon vent eurent e bon oré
E tut le tens aseüré.
Mes quant il durent ariver,
Une turmente eurent en mer,
E un vent devant eus leva
Que luin del hafne les geat;
Lur verge grusa e fendi
E tut lur sigle desrumpi.
Deu recleiment devotement,
Seint Nicholas e Seint Clement
E ma dame Seinte Marie
Que vers sun fiz lur querge aïe,
Ke il les garisse de perir
E al hafne puissent venir.
Un'hure ariere, un'autre avant,
Issi alouent costeant;
Mut esteient pres de turment.
Un des escipres hautement
S'est escrïez: "Quei faimes nus?
Sire, ça einz avez od vus
Cele par ki nus perissums.
Jamés a tere ne vendrums!
Femme leale espuse avez
E sur celë autre en menez
Cuntre Deu e cuntre la lei,
Cuntre dreiture e cuntre fei.
Lessez la nus geter en mer,
Si poüm sempres ariver."
Elidus oï quei cil dist,
Pur poi que d'ire ne mesprist.
"Fiz a putain," fet il, "mauveis,

Fel traïtre, nel dire meis!
Si m'amie leüst laissier,
Jeol vus eüsse vendu cher."

Mes entre ses braz la teneit
E cunfortout ceo qu'il poeit

 
     
  Page 10
 
 
 


Del mal quë ele aveit en mer
E de ceo que ele oï numer
Que femme espuse ot sis amis
Autre ke li en sun païs.
Desur sun vis cheï paumee,
Tute pale, desculuree.
En la paumeisun demurra,
Que el ne revient ne suspira.
Cil ki ensemble od lui l'en porte
Quidot pur veir ke ele fust morte.
Mut fet grant doel; sus est levez,
Vers l'esciprë est tost alez,
De l'avirun si l'ad feru
K'il l'abati tut estendu.
Par le pié l'en ad jeté fors;
Les undes en portent le cors.
Puis qu'il l'ot lancié en la mer,
A l'estiere vait governer.
Tant guverna la neif e tint,
Le hafne prist, a ter vint.
Quant il furent bien arivé,
Le pont mist jus, ancre ad geté.
Encor jut ele en paumeisun
Ne n'ot semblant si de mort nun.
Eliduc feseit mut grant doel;
Iloc fust mort of li, sun voil.
A ses cumpainuns demanda
Queil cunseil chescun li dura
U la pucele portera;
Kar de li ne (se) partira,
I serat enfuïe e mise
Od grant honur, od bel servise
En cimiterie beneeit:
Fille ert a rei, si'n aveit dreit.
Cil en furent tut esgaré,
Ne li aveient rein loé.
Elidus prist a purpenser
Quel part il la purrat porter.
Sis recez fu pres de la mer,
Estre i peüst a sun digner.
Une forest aveit entur,
Trente liwes ot de lungur.

Un seinz hermites i maneit
E une chapele i aveit;
 


Quarante anz i aveit esté.
Meintefeiz ot od lui parlé;
A lui, ceo dist, la portera,
En sa chapele l'enfuira;
De sa tere tant i durra,
Une abeïe i fundera,
Si (i) mettra cuvent de moignes
U de nuneins u de chanoignes,
Que tuz jurs prïerunt pur li;
Deus li face bone merci!
Ses chevals ad fait amener,
Sis cumande tuz a munter.
Mes la fiaunce prent d'iceus
Quë il n'iert descuvert pur eus.
Devant lui sur sun palefrei
S'amie porte nsemble od sei.
Le dreit chemin ad tant erré
Qu'il esteient al bois entré.
A la chapele sont venu,
Apelé i unt e batu:
N'i troverent kis respundist
Ne ki la porte lur ovrist.
Un des suens fist utre passer
La porte ovrir e desfermer.
Oit jurs esteit devant finiz
Li seinz hermites, li parfiz;
La tumbe novele trova.
Mut fu dolenz, mut s'esmaia.
Cil voleient la fosse faire
Mes il les fist ariere traire
U il deüst mettre s'amie.
Il lur ad dit: "Ceo n'i ad mie;
Ainz en avrai mun cunseil pris
A la sage gent del païs
Cum purrai le liu eshaucier
U de abbeïe u de mustier.
Devant l'auter la cucherum
E a Deu la cumanderum."
Il ad fet aporter ses dras,
Un lit li funt ignelepas;
La meschine desus cuchierent
E cum pur morte la laissierent.

Mes quant ceo cient al departir,
Dunc quida il de doel murir.

 
     
  Page 11
 
 
 


Les oilz li baisë e la face.
"Bele," fet il, "ja Deu ne place
Que jamés puisse armes porter
Ne al secle vivre ne durer!
Bele amie, mar me veïstes!
Duce chere, mar me siwistes!
Bele, ja fuissiez vus reïne,
Ne fust l'amur leale e fine
Dunt vus m'amastes lëaument.
Mut ai pur vus mun quor dolent.
Le jur que jeo vus enfuirai
Ordre de moigne cevrai;
Sur vostre tumbe chescun jur
Ferai refreindre ma dolur."
Atant s'en part de la pucele,
Si ferme l'us de la chapele.
A sun ostel ad enveé
Sun message, ki ad cunté
A sa femme quë il veneit,
Mes las e travaillé esteit.
Quant el l'oï, mut en fu lie,
Cuntre lui s'est apareillie;
Sun seignur receit bonement.
Mes poi de joie l'en atent,
Kar unques bel semblant ne fist
Ne bone parole ne dist.
Nul ne l'osa mettre a reisun.
Deus jurs esteit en la meisun;
La messe oeit bien par matin,
Puis se meteit su(l)s al chemin.
Al bois alot a la chapele
La u giseit la dameisele.
En la paumeisun la trovot:
Ne reveneit ne suspirot.
De ceo li semblot grant merveille
K'il la veeit blanche e vermeille;
Unkes la colur ne perdi
Fors un petit que ele enpali.
Mut anguissusement plurot
E pur l'alme de li preiot.
Quant aveit fete sa prïere,
A sa meisun alot ariere.

Un jur a l'eissir del muster
Le aveit sa femme fet gaiter
 


Un suen vadlet; mut li premist:
De luinz alast e si veïst
Quel part sis sires turnereit;
Chevals e armes li durreit.
Cil ad sun comandement fait.
Al bois se met, aprés lui vait,
Si qu'il ne l'ad aparceü.
Bien ad esgardé e veü
Cument en la chapele entra;
Le dol oï qu'il demena.
Ainz que Eliduc s'en seit eissuz,
Est a sa dame revenuz.
Tut li cunta quë il oï,
La dolur, la noise e le cri
Cum fet sis sire en l'ermitage.
Ele en mua tut sun curage.
La dame dit: "Sempres irums,
Tut l'ermitage cerchirums.
Mis sires deit, ceo quit, errer:
A la curt vet al rei parler.
Li hermites fu mort pieça;
Jeo sai asez quë il l'ama,
Mes ja pur lui ceo ne fereit,
Ne tel dolur ne demerreit."
A cele feiz le lait issi.
Cel jur memes aprés midi
Vait Eliduc parler al rei.
Ele prent le vadlet od sei;
A l'ermitage l'ad mene(e).
Quant en la chapele est entre(e)
E vit le lit a la pucele,
Que resemblot rose nuvele,
Del covertur la descovri
E vit le cors tant eschevi,
Les braz lungs (e) blanches les meins
E les deiz greilles, lungs e pleins
Or seit ele la verité,
Pur quei sis sire ad duel mené.
Le vadlet avant apelat
E la merveille li mustrat.
"Veiz tu," fet ele, "ceste femme,
Que de beauté resemble gemme?
 
Ceo est l'amie mun seignur,
Pur quei il meine tel dolur.

 
     
  Page 12
 
 
 


Par fei, jeo ne me merveil mie,
Quant si bele femme est perie.
Tant par pité, tant par amur,
Jamés n'avrai joie nul jur."
Ele cumencet a plurer
E la meschine regreter.
Devant le lit s'asist plurant.
Une musteile vint curant,
De suz l'auter esteit eissue,
E le vadlet l'aveit ferue
Pur ceo que sur le cors passa;
De un bastun qu'il tint la tua.
En mi l'eire l'aveit getee.
Ne demura ke une loëe,
Quant sa cumpaine i acurrut,
Si vit la place u ele jut;
Entur la teste li ala
E del pié suvent la marcha.
Quant ne la pot fere lever,
Semblant feseit de doel mener.
De la chapele esteit eissue,
As herbes est al bois venue;
Od ses denz ad prise une flur
Tute de vermeille colur;
Hastivement reveit ariere;
Dedenz la buche en teu manere
A sa cumpaine l'aveit mise,
Que li vadlez laveit ocise,
En es l'ure fu revescue.
La dame l'ad aparceüe;
Al vadlet crie: "Retien la!
Getez, franc humme, mar se ira!"
E il geta, si la feri,
Que la floret(e) li cheï.
La dame lieve, si la prent;
Ariere va hastivement.
Dedenz la buche a la pucele
Meteit la flur que tant fu bele.
Un petitet i demurra,
Cele revint e suspira;
Aprés parla, les oilz ovri.

"Deu," fet ele, "tant ai dormi!"
Quant la dame l'oï parler,
Deu cumençat a mercïer.

demande li ki ele esteit,
e la meschine li diseit:
 


"Dame, jo sui de Logres nee,
Fille a un rei de la cuntree.
Mut ai amé un chevalier,
Eliduc le bon soudeer;
Ensemble od lui m'en amena.
Peché ad fet k'il m'enginna:
Femme ot espuse; nel me dist
Në unques semblant ne m'en fist.
Quant de sa femme oï parler,
De duel kë oi m'estuet paumer.
Vileinement descunseillee
M'ad en autre tere laissee;
Trahi(e) m'ad, ne sai quei deit.
Mut est fole quë humme creit."
"Bele," la dame li respunt,
"N'ad rien vivant en tut le munt
Que joie li feïst aveir;
Ceo vus peot hum dire pur veir.
Il quide ke vus seez morte,
A merveille se descunforte.
Chescun jur vus ad regardee;
Bien quid qu'il vus trova pasmee.
Jo sui sa spuse vereiment,
Mut ai pur lui mun quor dolent;
Pur la dolur quë il menot
Saveir voleie u il alot:
Aprés lui veinc, si vus trovai.
Que vive estes grant joie en ai;
Ensemble od mei vus en merrai
E a vostre ami vus rendrai.
Del tut le voil quite clamer,
E si ferai mun chef veler."
Tant l'ad la dame confortee
Que ensemble of li l'en ad menee.
Sun vallet ad appareillé
E pur sun seignur enveié.
Tant errat cil qu'il le trova;
Avenantment le salua,
L'aventure li dit e cunte.
Sur un cheval Eliduc munte,
Unc n'i atendi cumpainun.
La nuit revint a sa meisun.

Quant vive ad trovee s'amie,
Ducement sa femme mercie.

Mut par est Eliduc haitiez,
Unques nul jur ne fu si liez;

 
     
  Page 13
 
 
 


La pucele baise suvent
E ele lui mut ducement;
Ensemble funt joie mut grant.
Quant la dame vit lur semblant
Sun seignur ad a reisun mis;
Cungé li ad rové e quis
Que ele puisse de lui partir,
Nunein volt estre, Deu servir;
De sa tere li doint partie,
U ele face une abeïe;
Cele prenge qu'il eime tant,
Kar n'est pas bien në avenant
De deus espuses meintenir,
Ne la lei nel deit cunsentir.
Eliduc li ad otrïé
E bonement cungé doné:
Tute sa volunté fera
E de sa tere li durra.
Pres del chastel einz el boscage
A la chapele a l'hermitage
La ad fet fere sun muster
(e) Ses meisuns edifier;
Grant tere i met e grant aveir:
Bien i avrat sun estuveir.
Quant tut ad fet bien aturner,
La dame i fet sun chief veler,
Trente nuneins ensemble od li;
Sa vie e s'ordrë establi.
Eliduc ad s'amie prise;
A grant honur, od bel servise
E fu la feste demenee
Le jur qu'il l'aveit espusee.
Ensemble vesquirent meint jur,
Mut ot entre eus parfit'amur.


Granz aumoines e granz biens firent,
Tant quë a Deu se cunvertirent.
Pres del chastel de l'autre part
Par grant cunseil e par esgart
Une eglise fist Elidus,
De sa terë i mist le plus
E tut sun or e sun argent.
Hummes i mist e autre gent
De mut bone religïun
Pur tenir l'ordre e la meisun.
Quant tut aveit appareillé,
Nen ad puis gueres (a)targé:
Ensemble od eus se dune e rent
Pur servir Deu omnipotent.
Emsemble od sa femme premere
Mist sa femme que tant ot chere.
El le receut cum sa serur
E mut li porta grant homur;
De Deu servir l'amonesta
E sun ordre li enseigna.
Deu priouent pur lur ami
Qu'il li feïst bone merci;
E il pur eles repreiot,
Ses messages lur enveiot
Pur saveir cument lur esteit,
Cum chescune se cunforteit.
Mut se pena chescun pur sei
De Deu amer par bone fei
E mut (par) firent bele fin,
La merci Deu, le veir devin.
De l'aventure de ces treis
Li auntïen Bretun curteis
Firent le lai pur remembrer,
Que hum nel deüst pas oblïer.

 

 

Traduction en Français

Par ce lien vers Google books, vous accédez à une édition de 1820 d'un ouvrage de B. de Roquefort contenant quatorze lais attribués à Marie de France à l'époque, avec leurs traductions en français.

Les douze lais de Marie de France
(selon le manuscrit Harley 978)

Ces "Lais" sont des longs poèmes composés entre 1160 et 1180. Seul, le manuscrit Harley 978 contient les douze lais. La langue utilisée est un dialecte anglo-normand, parlé en Normandie et en Bretagne continentale, (ainsi qu'en Grande Bretagne depuis sa conquête par Guillaume le Conquérant). La personnalité de Marie de France est assez mystérieuse. Elle semble être issue d'une  famille noble d'Île de France et aurait  été reçue en tant qu'artiste à la cour du roi Henri II de Plantagenêt, (promoteur probable de la "Geste Arthurienne"). Ces textes sont en principe dans le domaine public. Nous essayons de les proposer dans une forme pratique pour en faciliter l'accès très intéressant et enrichissant dans l'étude de la langue française. 

Le Prologue spécifique aux 12 Lais
Lai de Guigemar Lai du Lanval Lai de Milon
Lai d’Equitan Lai des deus Amanz Lai du Chaitivel (Le Malheureux)
Lai du Fresne Lai de Yonec Lai du Chevrefoil (Chèvrefeuille)
Lai du Bisclavret (loup-garou) Lai du Laüstic (rossignol) Lai d’Eliduc

L'édition de 1820 de l'ouvrage de B. de Roquefort contenait quatorze lais avec leurs traductions en français. On y trouvait donc autres deux lais que l'auteur certifiait être l'œuvre de Marie de France, le Lai de Graelent, qui présente des analogies avec le Lai de Lanval, et dont l'auteur est aujourd'hui incertain, et le Lai de l'Espine, dont Monsieur Gervais de la Rue pense qu'il pourrait avoir été écrit par Guillaume-le-Normand, ce que Monsieur de Roquefort conteste formellement. Pour rendre intégralement le contenu et la portée de l'ouvrage de Mr B. de Roquefort, nous donnons les texte de ces deux lais dans la même forme que les douze précédents.

Lai de Graelent Lai de l’Espine

Retour au Florilège

Retour au cahier 26