Accueil Livres Cahiers Florilège Galerie Carnet Auteur E-mail Copyright Plan du site Téléchargements
 
Arts et Sciences, Hommes et Dieux - Sophia 6

CARNET 6

- Voir et Savoir - Apprendre et Comprendre

Sophia 6

La Vie

(Les hypothèses proposées par la science)



 

 
Sophia 1 - Cnossos Sophia 2 -Bouddhisme Sophia 3 - le Tao3 Sophia 4 - Akenaton
Sophia 5 - L'Univers Sophia 6 - La Vie Sophia 7- L'Homme Sophia 8 - La Conscience
Sophia 9 - L'Esprit Sophia 10 - Le Temple Sophia 11 - Image ou Reflet Sophia 12 - Le Golem

La planète bleue

Voici, vue de l'espace, la Terre, notre merveilleuse planète bleue. Voyez aussi le rayonnement, la couronne lumineuse de notre astre central, le Soleil, vu de la Terre, masqué par la Lune au cours d'une éclipse totale. Pour nous, la Terre et le Soleil sont les deux grandes sources de la vie. C'est pourquoi les hommes les ont souvent divinisées sous des images diverses en leur attribuant la puissance génératrice.

--

Il est intéressant de rapprocher ces connaissances modernes de l'idée que les anciens Égyptiens se faisaient de la Terre et du Ciel. Nous voyons ci-dessous la Dieu-Sol, Geb, masculin, étendu sous la Déesse-Ciel, Nout, féminine, au ventre constellé d'étoiles. Ils seraient les parents de tous les vivants. Le grand dieu solaire fondamental, Ré, s'irrita de leur étreinte permanente, et les sépara en interposant le Dieu-Air, Chou, leur père. Des mythes analogues existent dans toutes les religions.

La Terre des Égyptiens

De façon très surprenante, l'image de droite montre la Terre sous la forme d'un globe entouré du ciel, ce qui laisse à penser que la conceptualisation du Monde, il y a 4000 ans, n'était pas aussi naïve qu'on l'imagine.

Les "Réplicateurs"

La science imagine que des molécules chimiques particulières, douées aléatoirement d'une étonnante capacité de réplication, ont été placées dans des sources thermales en présence d'argiles jouant le rôle de catalyseurs. Elles se seraient alors multipliées. Par le jeu de la sélection naturelle, les premières cellules closes, autoreproductrices, seraient alors apparues. Il y a d'autres hypothèse dont celle d'une origine extraterrestre qui reporte le problème vers d'autres causes, en d'autres temps et d'autres lieux. Les religions envisagent l'action d'un Dieu créateur tantôt intérieur tantôt extérieur à l'univers matériel.

Á gauche, l'image d'une variété d'acide aminé vue au microscope à polarisation, avec un énorme grossissement.

Á droite, un modèle tridimensionnel d'un fragment de chromosome dans lequel les molécules d'ADN inscrivent en spirale toutes les informations codées permettant la construction des corps, y compris les appareils nécessaires à l'intelligence et à la spiritualité humaines.
Mystérieusement, ce langage codé est parfaitement compris par l'immense variété des cellules constituant tous les organismes terrestres.

Les cellules immortelles

La science envisage que , par un miracle étonnant, les cellules originelles se soient continûment démultipliées et transformées, sans jamais mourir, jusqu'à constituer tous les vivants actuels. Le fil ténu, si fragile de la vie, aurait traversé des milliards d'années de dangers immenses et des catastrophes innombrables, alternant de la forme germen, (cellules reproductives) à la forme soma, (cellules corporelles), jusqu'à chacun de nous, maintenant doté de conscience.

- Voyez à gauche et en haut, des images de cellules végétales, et en dessous, de cellules animales. Il y a au moins 75 trillions de cellules dans un corps humain, (soma). Cette énorme quantité provient des deux seules cellules sexuées issues de nos deux parents, (germen).

- Les unicellulaires asexués des origines se reproduisaient par scissiparité. Ils étaient potentiellement immortels, mais ils évoluaient très lentement. Lorsque les protéines s'épuisèrent, la Vie changea de système et inventa la sexualité et la mort. La grande et terrible loi du Monde devint alors la dévoration généralisée, "Manger pour n'être pas mangé".
 

- Ci-contre, en bas et en violet, une paramécie dévore, après l'avoir enveloppée, une proie minuscule que l'on distingue à droite et en haut.

La danse du Volvox

- Ci-dessous, un Volvox danse pour vous, sous l'œil grossissant du microscope.  Cette minuscule algue unicellulaire, extrêmement simple, est très connue parce qu'elle semble précisément marquer la transition entre les êtres unicellulaires et les êtres multicellulaires. C'est à ce niveau qu'apparaît la spécialisation de la fonction reproductrice, l'amorce de la construction de corps complexes, et aussi, la programmation de la mort.
 



 

COMMENT EXPLORER LES MULTIPLES PAGES DU SITE

Le bouton "Visite" permet la visite aléatoire des pages. Le module de recherche interne explore l'ensemble du site Le plan présente l'organisation de toutes les pages.
 
Plan du site

Petite barre de navigation

Exploration locale

Sophia_1 - Sophia_2 - Sophia_3 - Sophia_4 - Sophia_5 - Sophia_6
 Sophia_7 - Sophia_8 - Sophia_9 - Sophia_10 -Sophia_11 - Sophia_12

Navigation générale

Contenu du Site - Retour - Suite - Livres- Florilège - Galerie - Auteur - Copyright - Page d'accueil

Liens utiles - Téléchargements - Accès Email