8

Arts et Sciences, Hommes et Dieux

Marie de France - Prologue des Lais

 

 

Traduction française simplifiée d'après le livre de B. de Roquefort de 1820 (intégralement numérisé par Google avec toutes les notes, explications et annotations de l'auteur)

 

Ce Prologue, qui contient la dédicace des Lais, n'existe pas dans les manuscrits de France ; il se trouve dans le "Museum Britannicum" de la bibliothèque Harléiène, n° 978.

Retour Lai suivant
Google Outils de traduction - Translation tools

Pour traduire, cliquez sur la fée choisie
Veuillez d'abord mémoriser l'adresse de page

To translate, click on the selected fairy
Please, memorize first the page IP
Nombreux langages - Many languages
 
 
Yahoo

Ceux à qui le ciel a départi le talent oratoire, loin de cacher leur science, doivent au contraire révéler leur doctrine et la propager. L'homme qui publie les bons exemples est alors bien digne d'estime ; aussi est-il loué de tous dès l'instant où il les met en pratique.

D'après le témoignage de Priscien(i), on voit qu'il étoit d'usage parmi les écrivains de l'antiquité , de placer parfois dans leurs ouvrages des passages obscurs, dans le dessein d'embarrasser ceux qui, par la suite, vouloient les étudier et les interpréter.

C'est par cette raison que les philosophes qui les entendent parfaitement, parce qu'ils ont consacré leur temps à cette étude, s'attachent à commenter et à expliquer ce qui pourroit paroître diffus. Les philosophes savent se garantir de faire ce qui est mal, et ceux qui désirent marcher sur leurs traces, doivent étudier et s'instruire, se donner de la peine pour en recueillir le fruit.

D'après les exemples qui viennent d'être rapportés, j'avois eu d'abord l'intention de traduire quelque bonne histoire du latin en françois ; mais je m'aperçus bientôt que beaucoup d'autres écrivains a voient entrepris un semblable travail , et que le mien offriroit un foible intérêt.  C'est alors que je me déterminai à mettre en vers d'anciens Lais que j'avois entendu raconter. Je savois, à n'en pouvoir douter, que nos aïeux les avoient écrits ou composés pour garder le souvenir des aventures qui s'étoient passées de leur temps. J'en ai entendu réciter plusieurs, que je ne veux pas laisser perdre ; c'est pour cela que j'ai entrepris de les mettre eu vers, travail qui m'a coûté bien des veilles.
 

C'est par vos ordres, noble Prince, si preux et si courtois, vous qui possédez toutes les qualités du cœur et de l'esprit, que j'ai rassemblé les Lais que j'ai traités. Aussi la reconnoissance me fait-elle un devoir de vous en faire l'hommage; je n'éprouverai jamais de plaisir plus grand, si vous daignez l'accepter, et ne perdrai jamais le souvenir de cette faveur. Veuillez ne pas m'accuser de présomption, si j'ose vous offrir mon travail, et daignez en écouter le commencement.

 

Accès direct au livre de B. de Roquefort

Par ce lien vers Google books, vous accédez à l'édition de 1820 de l'ouvrage de B. de Roquefort contenant le texte de quatorze lais attribués à Marie de France à l'époque, avec cette traduction et tous les commentaires et observations de l'auteur.